Les arts de la scène à l’honneur à Bangkok du 11 septembre au 19 octobre

arts de la scèneLe Festival international de danse et musique de Bangkok revient pour sa 19è édition avec un programme prêt à satisfaire tous les goûts. Du 11 septembre au 19 octobre, des artistes représentant au total 9 pays se produiront sur le scène du Thaïland Cultural Center pour offrir un spectacle aussi divers qu’enrichissant.

Si la première édition du Festival international de danse et musique de Bangkok réunissait déjà une centaine d’artistes, c’est aujourd’hui plus de mille artistes répartis sur vingt spectacles qui viennent renforcer le statut artistique de la ville de Bangkok.

J.S. Uberoj, président du comité du festival, explique que l’objectif initial était de créer une image positive pour la ville, et d’améliorer le niveau artistique du pays en confrontant la jeunesse aux meilleurs de la discipline. La hausse des audiences d’année en année marque le renouvellement de l’intérêt des jeunes pour l’art en Thaïlande.

Les jeunes ne sont cependant pas les seuls visés. Pour tous les âges et tous les styles, le Festival embarque le public dans des univers classiques mais aussi folkloriques, mêlant musique, danse, acrobaties… autours d’artistes et de compagnies mondialement reconnus.

Les ballets russes en premier acte

L’ouverture du Festival aura lieu le 11 septembre lors de la représentation de Katya and Prince of Siam, l’histoire d’une rencontre entre une jeune russe et le prince de Siam traduit par un mélange de ballet classique et de danse traditionnelle thaï. S’en suivra une représentation époustouflante de Cendrillon le 13 septembre. Ces deux spectacles seront interprétés par la compagnie russe du Ekaterinburg Ballet and Opera Theatre.

Le 15 et le 17 septembre, c’est le Bashkir State Opera and Ballet Theatre, conduit par le célèbre Yuri Grigorovich, qui enchantera la scène en transportant les spectateurs dans des univers méditerranéens. Le premier spectacle, Spartatus, relate les aventures du chef de guerre affranchissant des esclaves au temps de l’Empire Romain, tandis que Le corsaire met en scène des pirates audacieux et des femmes prêtes au pire par amour.

La danse au carrefour des cultures

Si les ballets russes sont devenus un point incontournable du festival, la France et le Ballet Malandain de Biarritz au style néo-classique sont aussi au rendez-vous le 2 octobre avec l’adaptation de la tendre histoire de La belle et la bête portée par la musique de Tchaïkovsky.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal.com/bangkok