Leïla Slimani, « Mme Francophonie » de Macron, veut « déringardiser le français »

Leïla SlimaniLe nombre de francophones devrait quasiment tripler d’ici trente ans dans le monde: la romancière franco-marocaine Leïla Slimani, conseillère d’Emmanuel Macron sur la francophonie, compte accompagner ce formidable élan et prouver que le français, « ce n’est pas ringard ».

« Pour beaucoup de gens, la langue française est considérée comme une langue de boudoir, de lettrés mais pas comme une langue pragmatique, qui sert à trouver du travail », reconnaît la prix Goncourt 2016 pour « Chanson douce », plus prestigieuse récompense littéraire française.

« Il faut dire que non: c’est aussi une langue de l’entreprise, du travail. Le français, c’est cool », dit-elle, rappelant dans un sourire que « cool » est aujourd’hui « rentré dans la langue française ».

Pour réaliser cet ambitieux programme, la jeune et dynamique femme de 36 ans, veut persuader les Français du « potentiel » de leur langue dont le nombre de locuteurs devrait quasiment tripler d’ici à 2050, de 274 millions aujourd’hui à 750 millions, grâce à l’explosion démographique en Afrique.

« Chaque Français doit devenir l’ambassadeur de la francophonie », juge-t-elle dans un entretien à l’AFP. « Il faut faire vivre la francophonie en France », dit-elle, se souvenant de sa consternation quand elle a découvert qu' »énormément de lycéens français sont incapables de citer un auteur issu du monde francophone ».

A l’étranger pourtant, la francophonie est « extrêmement vivace », témoigne l’ancienne élève du lycée français de Rabat, venue à Paris pour ses études après avoir vécu au Maroc avec un père marocain et une mère mi-alsacienne, mi-algérienne.

« En Chine, on ne peut pas imaginer le nombre d’apprenants de la langue française. En Corée, la progression est de 20-30% et des pays d’Afrique anglophone se mettent au français, comme le Ghana et le Nigeria », s’enthousiasme la jeune femme au flot de paroles vif.

Le président français Emmanuel Macron avait déjà souligné lors de son récent voyage en Chine que l’Empire du milieu devait « être une terre de francophonie ». Selon l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), environ 120.000 étudiants chinois apprennent le français, y voyant un atout pour faire du commerce avec l’Afrique. « Le français est un atout pour l’avenir », avait estimé M. Macron.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok