le développement touristique détruit les sites de ponte des tortues de Phuket

développementLe rapide développement de Phuket tout au long des vingt dernières années a dévasté les espaces naturels des plages ou les tortues pondent leurs oeufs, mais les experts espèrent toujours que les tortues reviendront – même si ce n’est que sur les plages interdites a la population.

Environnement, mer, Animaux, Construction, Tourisme, Economie,

La découverte, le mois dernier, d’oeufs dans un nid sur Racha Island, a vingt cinq kilomètres au sud de Phuket, entretient ces espoirs.

“Seulement une fois au cours des vingt dernières année a avait on trouvé un nid sur Koh Racha” rappelle Hirun Kanghae, responsable de l’unité des espèces menacées(MESU) du centre de biologie marine de Phuket (PMBC).

Des empreintes de nageoires dans le sable ont mené au nid, enterré près de The Racha Resort. Le nid contenait 94 oeufs, dont sept étaient déjà cassés lorsque le nid a été découvert.

“Nous avons déplacé les 87 oeufs restant dans un endroit sûr. Nous n’avons pas trouvé la mère; nous pensons qu’il s’agit d’une grosse tortue” explique M. Hirun.

M. Hirun fait remarquer qu’historiquement, les tortues qui pondaient a Phuket le faisait sur Kamala, Layan, Mai Khao et Bang Tao, et a Patok Beach sur Koh Racha.

Cependant, en comparaison des centaines de nids découverts sur Phuket et Koh Racha en 2008, seulement 0.7% de ce nombre ont été découverts cette année.

Un autre expert explique que la nidification des tortues est cyclique, il peut se passer plusieurs années sans qu’un tortue ne ponde. “C’est normal” dit il.

M. Hirun est clair quant a son point vue sur ce qui a fait fuir les tortues des plages de Phuket: “Maudits Humains”.

“C’est a cause de l’activité humaine sur les plages, surtout de la pollution mais aussi des constructions le long de la côte” dit il.

Les déchets et la pollution rendent la tortues malades, elles en meurent, tandis que l’augmentation de la pêche pose un autre probleme, puisque beaucoup de tortues se font piéger dans des filets.

“L’érosion des plages est un autre facteur” dit M. Hirun. “Les tortues peuvent ne pas être en mesure de monter par dessus la couche érodée pour pondre leurs oeufs a l’abri sur la plage” ajoute t il.

Les lâchers de milliers de bébés tortues nés en captivité peut aider a renforcer la population locale de tortues, mais c’est une chose dure a évaluer, signale M. Hirun.

“Autant que nous puissions en dire, la plupart des bébés tortues relâchées ne reviennent jamais sur les plages de Phuket ” dit il, en tout cas au moins depuis que le DMCR a lancé ces projet de lâchers massifs en 1979.

“Nous avons commencé a implanter des puces électroniques dans les tortues, mais auparavant les officiers du DMCR charges de localiser les tortues ne disposaient pas de lecteurs de puces électroniques” ajoute t il.

Le DMCR enregistre tous les signalements de tortues retrouvées sur les plages de l’Andaman, poursuit M. Hirun, 50 tortues ont été retrouvées cette année a Phuket, il y en avait 18 l’an dernier, mais près de 60 en 2015.

“Ce ne sont que des signalements, nous ne savons si ce sont des bébés tortues qui ont été relâchés ici et qui sont revenus. Nous ne savons pas” dit il.

Mais, parmi les tortues équipées de puces électroniques qui reviennent dans la région de l’Andaman, la plupart retourne dans les provinces de Trang et Krabi, mais pas a Phuket, signale M. Hirun.

L’absence de campagne claire et coordonnée de géolocalisation des tortues a Phuket a poussé le DMCR a lancer un nouveau projet.

“Nous avons relâché 100 bébés tortues il y a trois ans a cette époque, ils étaient tous équipés de puces électroniques implantées dans l’épaule gauche, et avaient par ailleurs sur la nageoire droite une ‘étiquette’ afin que des pêcheurs ou des personnes en bateau puissent nous communiquer leur numéro d’identification s’ils en croisent une” poursuit M. Hirun.

“Actuellement, 90% de ces tortues sont en bonne santé dans l’océan, mais ne sont pas encore revenues sur les plages de Phuket. Peut être le feront elles a l’avenir. Cela prend du temps, entre 10 et 15 ans” termine t il.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr