Un homme accuse un moine d’une agression au couteau

moineUn homme clame avoir été poignardé, sans raison apparente, par un moine.

La police de Chalong a été informé par un riverain qu’un moine avait poignardé un homme dans une chambre située Moo 6, dans les Nakkerd Hills à Chalong .

Le lieutenant Sakkarin Snagjaroen, le lieutenant Manat Kitlai et le lieutenant Suttichai Gangwankietkun, tous officiers de la police de Chalong, ainsi que le chef du village Preecha Nakdam et les secouristes se sont rendus sur les lieux ou un homme de 44 ans, Adun Sukkasem, avait le bras gauche profondément entaillé.

Le sol était taché de sang, la police a retrouvé un couteau.

M. Adun a raconté à la police “j’étais allongé et j’écoutais de la musique chez moi quand Phra Komon, qui vit à Kled Dow Vipassana (Star Flake Meditation Centre), à une centaine de mètres de chez moi, est entré dans ma maison et s’est précipité sur moi.

“Phra Komon m’a immobilisé la tête et m’a menacé d’un couteau, il essayé de me trancher la gorge” explique t il aux policiers.

“J’ai essayé de me libérer et de lui prendre le couteau, c’est à ce moment que j’ai été coupé au bras.

“Je me suis libéré et suis parti en courant pour trouver de l’aide” ajoute M. Adun.

La police a relevé les preuves sur les lieux de l’agression puis s’est rendue à Kled Dow Vipassana mais Phra Komon n’y était pas; un moine l’a contacté et lui a demandé de se rendre au poste de police de Chalong.

Lorsqu’il est arrivé, Phra Komon a raconté à la police “Je suis allé voir M. Adun pour lui demander si c’était lui qui avait jeté des pétards et des cailloux sur le toit du centre.

“Je méditais lorsque cela c’est produit et ça m’a dérangé. Ca arrive très souvent la nuit” dit il.

“Quand je suis entré chez M. Adun j’ai vu un couteau et j’ai eu peur qu’il me poignarde, donc j’ai attrapé le couteau. M. Adun a essayé de me prendre le couteau et a été accidentellement coupé au bras.

Après ça, je me suis écarté” précise Phra Komon.

“Je peux vous confirmer que je n’ai pas immobilisé M. Adun  comme il le prétend” signale Phra Komon.

La police poursuit l’enquête afin de définir si des charges seront retenues contre l’un ou l’autre.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr