En France, les antibiotiques, c’est encore trop automatique

antibiotiques« Les antibiotiques, c’est pas automatique »… vraiment? Si ce slogan de 2002 a marqué les mémoires, les Français consomment toujours trop de ces médicaments, malgré des années de sensibilisation, au risque de rendre certaines bactéries résistantes, souligne l’OCDE dans son Panorama de la santé 2017.

« Les médecins ont la main lourde », commente Valérie Paris, spécialiste des politiques de santé à l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Selon elle, « il y a beaucoup de prescriptions d’antibiotiques non justifiées », par exemple pour des angines virales et non bactériennes, alors que les antibiotiques sont destinés à combattre les bactéries.

L’OCDE, qui regroupe 35 pays, publie vendredi l’édition 2017 de son rapport sur la santé dans le monde.

Si la France fait partie des bons élèves (espérance de vie, qualité du système de soins…), la surprescription d’antibiotiques reste un point noir: dans l’OCDE, seule la Grèce en consomme davantage.

« En France, l’utilisation des antibiotiques est supérieure de près de 50% à la moyenne des pays de l’OCDE », écrit l’organisation.

La consommation de la France se monte à 30 « doses quotidiennes définies » (une unité de mesure statistique) pour 1.000 habitants, contre 20 en moyenne dans les pays de l’OCDE. A titre d’exemple, le pays qui en consomme le moins, les Pays-Bas, affiche un score de 10, soit trois fois moins que l’Hexagone.

« Il y a eu beaucoup de campagnes de sensibilisation mais elles ont un effet limité dans le temps. On avait observé une petite inflexion mais c’est reparti à la hausse depuis deux ou trois ans environ », relève Mme Paris.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok