Une bombe explose sur un marché du sud de la Thailande : trois morts

bombeTrois personnes ont été tuées lundi matin dans l’explosion d’une bombe sur un marché dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion musulmane indépendantiste qui faisait profil bas ces derniers mois, ont annoncé les autorités.

Le conflit séparatiste dans l’extrême sud de la Thaïlande avait baissé d’intensité ces derniers mois. Mais l’explosion lundi d’une bombe cachée dans une motocyclette sur le marché très fréquentés de Pimonchai, dans le centre de Yala, semble indiquer que les insurgés recommencent à viser les civils dans leurs attaques.

Au moins deux corps gisaient sur des débris dans la ruelle étroite, entourés de morceaux de toiture ondulée déchirée, de motos détruites et d’étals de marché.

« Trois civils sont morts », a déclaré à l’AFP Pramote Prom-in, porte-parole des forces de sécurité dans cette région.

« C’est la première grande attaque dans le centre de Yala depuis deux ans », a souligné le policier, alors que les attaques dans le sud de la Thaïlande sont le plus souvent des embuscades visant des convois militaires ou des assassinats ciblés d’individus (représentants de l’administration locale ou enseignants) jugés compromis avec le pouvoir central.

« Cette bombe montre que les rebelles continuent à détruire, sans distinction, vies et biens », a-t-il accusé.

« D’après les témoins, les suspects ont stationné la motocyclette en face d’un stand de viande de porc dix minutes avant l’explosion », a précisé le responsable policier en charge de l’enquête.

Il n’a pas encore été déterminé si l’attaque visait délibérément le stand de viande porc, mais ce détail irait dans le sens d’une attaque perpétrée par la rébellion musulmane, les bouddhistes, minoritaires dans cette région, consommant du porc, contrairement à leurs voisins musulmans.

Sur les trois morts, deux sont bouddhistes, un troisième est musulman. Il y a 24 blessés légers, a par ailleurs précisé l’hôpital local. « Tous les blessés sont des bouddhistes », a précisé un responsable hospitalier.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok