Consignes de l’Ambassade de France pour la Thailande (part.#1 de 5)

Ambassade de FranceNous reprenons ici les consignes fournies par l’Ambassade de France a Bangkok pour les voyageurs et les résidents de Thaïlande. Aujourd’hui la sécurité des personnes et des biens

 

Risques encourus

Risque routier

Le réseau routier est en général en bon état. Toutefois, le taux d’accidents de la route est l’un des plus élevés au monde. En 2013, 20 000 personnes sont décédées dans des accidents de la route. Le respect des limitations de vitesse est vivement recommandé et la plus grande prudence est conseillée, notamment lors de la conduite de nuit. Le recours aux deux-roues est particulièrement dangereux (en Thaïlande, 75 % des accidents mortels ont lieu sur deux-roues.) Les casques sont rarement aux normes. Chaque année, on déplore plusieurs dizaines de décès de ressortissants français liés à des accidents de la route, notamment en deux-roues.

Les étrangers de passage souhaitant conduire en Thaïlande doivent être titulaires d’un permis de conduire international. 
Les étrangers résidents doivent être titulaires d’un permis de conduire thaïlandais ; à défaut la compagnie d’assurance refusera de prendre en compte les frais inhérents à un accident.

Délinquance

Les principaux cas touchant nos compatriotes concernent les vols (avec ou sans violence), les cambriolages (en particulier dans les hôtels bon marché), les agressions nocturnes et quelques atteintes graves aux personnes. La délinquance sexuelle est présente et peut affecter des mineurs. Il convient donc d’adopter une attitude responsable et de faire preuve de prudence.

Il est aussi conseillé de porter une attention toute particulière aux boissons et aux mets servis dans certains quartiers (en particulier dans les hôtels bon marché), qui peuvent contenir des somnifères.

Vente de pierres précieuses ou semi-précieuses à des prix excessifs : certains guides, des personnes francophones, voire françaises, proposent de réaliser de « bonnes affaires » en achetant des bijoux. Ceux-ci sont authentiques mais vendus à des prix deux à trois fois supérieurs à ceux du marché. Cette escroquerie ne peut pas donner lieu à des poursuites car le prix de vente est considéré par la loi thaïlandaise comme librement accepté par l’acheteur.

Location de jet-skis et scooters  : des sommes importantes peuvent être réclamées par le loueur, même en cas de dommages superficiels (il convient de ne pas laisser son passeport au loueur et d’être en possession d’un permis de conduire international ou thaïlandais).

Abus de générosité  : des étrangers prétendant être en graves difficultés financières, notamment des Français, sollicitent parfois l’aide des touristes. Ils n’hésitent pas à donner un numéro de portable, affirmant qu’il s’agit de celui de l’agent de permanence de l’ambassade de France. Un complice répond alors à l’appel téléphonique. Il est conseillé de contacter l’ambassade (voir ci-contre numéros utiles) pour confirmer toute affirmation de cette nature.

Escroqueries aux cartes bancaires : celles-ci sont signalées principalement à Pattaya et Phuket. Tout comme en France, il convient, lors d’un retrait à un distributeur de billets, de faire preuve de la prudence habituelle.

Les vols les plus fréquemment signalés ont lieu sur la ligne de bus de nuit entre Surat Thani et Bangkok (dans les deux sens). Les vols (de passeports et d’argent, notamment) portent tant sur les bagages placés en soute que sur les effets des passagers, pendant leur sommeil. Des vols à l’arraché de sacs par un conducteur de moto et son passager arrière se produisent régulièrement, notamment à Bangkok.

Risques naturels
  • Raz de marée  : depuis le tsunami de 2004, les autorités thaïlandaises ont mis en place une signalisation particulière dans les zones à risques (panneaux de couleur bleue), indiquant les voies à emprunter pour rejoindre les refuges ainsi que les points de rassemblement.
  • Activité sismique : des séismes pouvant être supérieurs à 6 sur l’échelle de Richter sont régulièrement enregistrés. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche thématique de ce site.
  • Mousson  : en période de fortes moussons (avril à novembre), il est vivement conseillé aux voyageurs de se renseigner sur les conditions climatiques et l’état des routes des régions qu’ils traversent ou dans lesquelles ils comptent se rendre, afin d’éviter de se trouver dans des zones inondées, en contactant :
    • le 1784 (demander un traducteur en anglais) du Département de prévention et de lutte contre les désastres ;
    • le 1155 (téléphone de la « Tourist Police »).

La spéléologie est déconseillée en saison des pluies, même lorsque les amateurs sont accompagnés de guides.

Des glissements de terrain peuvent survenir aux abords de certaines chutes d’eau visitées par les touristes.

Zones de vigilance (cf. carte)

Zones formellement déconseillées : extrême-Sud et frontière birmane Nord-Ouest

A l’extrême-Sud, les voyages sont formellement déconseillés dans les provinces de Narathiwat, Pattani, Yala et Songkhla, où l’état d’urgence a été décrété.

La zone frontalière avec la Birmanie au nord-ouest est formellement déconseillée, à l’exception du poste frontière de Mae Sai (Thaïlande, province de Chiang Rai) / Tachileik (Birmanie, État Shan), déconseillé sauf raison impérative.

Zones déconseillées sauf raison impérative

La majeure partie de la frontière avec la Birmanie est déconseillée sauf raison impérative. Cette recommandation inclut les points de passage ouverts aux étrangers, en raison des risques de brigandage transfrontalier et de l’existence de nombreux trafics. Le franchissement de la frontière hors des points de passage autorisés est illégal et peut entraîner de graves conséquences (disparition de plusieurs de nos ressortissants) :

  • Mae Sai (Thaïlande, province de Chiang Rai) / Tachileik (Birmanie, État Shan),
  • Mae Sot (Thaïlande, province de Tak) / Myawaddy (Birmanie, État Kayin),
  • Phu Nam Ron (Thaïlande, province de Kanchanaburi) / Htee Kee (Birmanie, région de Tanintharyi),
  • Ranong (Thaïlande, province de Ranong) / Kawthaung (Birmanie, région de Tanintharyi).

Il est recommandé de consulter les pages l’onglet Sécurité de la fiche Conseils aux voyageurs Birmanie.

Les cantons de Phanom Dong Rak et Sao Thong, Chai, à la frontière cambodgienne, sont également déconseillés sauf raison impérative, en raison des tensions frontalières.

Zones en vigilance renforcée : Bangkok et autres régions

D’une manière générale, il est recommandé de se tenir à l’écart des manifestations ou rassemblements politiques.