Protection des données personnelles sur Facebook : l’UE veut enquêter

données personnellesLes pratiques frauduleuses de la société Cambridge Analytica, révélées par le lanceur d’alerte Christopher Wylie, mettent en cause la politique de protection des données personnelles de Facebook. Les parlementaires et dirigeants européens ont réagi à ce scandale.

Marc Zuckerberg invité à s’expliquer devant le Parlement européen

Le Parlement européen a l’intention de mener une enquête sur l’affaire Cambridge Analytica-Facebook. Cambridge Analytica est une société britannique, spécialisée dans la communication stratégique. Elle est accusée d’avoir utilisé les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs de Facebook, à leur insu, pour influencer la campagne présidentielle de Donald Trump et le référendum sur le Brexit. Ce scandale révèle des failles dans la politique de protection de la vie privée des utilisateurs de Facebook.

Dans un message publié sur son compte Twitter le 20 mars 2018, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a invité Marc Zuckerberg, PDG de Facebook, à venir s’expliquer devant les eurodéputés : « Nous avons invité Mark Zuckerberg au Parlement européen. Facebook doit clarifier devant les représentants de 500 millions européens que les données personnelles ne sont pas utilisées pour manipuler la démocratie ».

Les parlementaires britanniques et le Congrès américain souhaitent également auditionner le PDG de Facebook.

La législation de l’UE doit être respectée

A l’occasion du Conseil européen du 22 mars 2018, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE ont pour leur part rappelé que « les réseaux sociaux et les plateformes numériques doivent garantir …une protection totale de la vie privée et des données à caractère personnel des citoyens. La législation nationale et celle de l’UE doivent être respectées et mises en œuvre ».

L’équivalent britannique de la Cnil (Information Commissioner’s Office) s’est déjà saisie de l’affaire Cambridge Analytica-Facebook. La Commissaire européenne à la justice, Vera Jourova, a toutefois demandé aux « Cnil » « européennes de s’unir pour mener une enquête commune. Elle a par ailleurs adressé, le 26 mars, un courrier à Facebook dans lequel elle demande si des données d’internautes européens figuraient parmi celles collectées par Cambridge Analytica.

Le 25 mai 2018, un nouveau règlement sur la protection des données personnelles (RGPD) entre en vigueur. Il prévoit un renforcement important des sanctions en cas de violation des données des citoyens européens, y compris à l’encontre d’entreprises établies hors UE.

Retrouvez cet artcile sur cette page.