Séance de dédicace Jean Michel FERRY le vendredi 4 septembre 2020

L’agence consulaire de Phuket sera heureuse de recevoir monsieur
Jean Michel FERRY le vendredi 4 septembre de 17:00 à 19:00,
pour une séance de dédicace de son dernier ouvrage.
Ci-joint des informations concernant ses nombreuses activités.
Nous vous espérons très nombreux à cette occasion dans nos locaux de
l’agence consulaire.

PENSÉES DU JOUR OU DE LA NUIT
« Joyeux essai d’une littérature laconique ».

Jean-Pierre Ghio : Professeur de lettres, poète, écrivain.
Jean-Michel Ferry : Architecte, Urbaniste, peintre et écrivain.

Jean-Michel Ferry présentera aussi deux autre livres « Une maison m’a dit » et « d’il en îles ». Consacrés entre autre au voyage, à l’Asie et aux parcours de vies.

Un livre ouvert devrait être un moment d’extase, une source d’enrichissement aussi,celui-ci sera peut-être les deux…

Les deux complices en Asie ont devisé, fabulé et écrit joyeusement pour créer une littérature « laconique », ouverte à l’interprétation polyvalente et à la jouissance du texte. Le sens n’étant pas directement dévoilé laisse d’abord le cerveau savourer l’incertitude. L’explicitation reste en suspens et
n’est pas de prime abord « explicitée ». L’absence voulue par les auteurs d’une sémantique précise crée un vide de suspicion qui fait poser questions…

« Un beau bébé fait toujours illusion » est l’exemple type de cette expression laconique recherchée…/…
Rien n’est sûr et tout reste supposé dans « l’illusion » présente, où l’humour est ici à un degré très faible.
D’autres expressions laconiques sont en revanche bien plus drôles : « En guise d’anxiolytique et de somnifère, moins chère : une franche rigolade ! » – « Un médecin malgré lui, un policier malgré tout, tant d’erreurs de parcours… » – « Broyer du noir n’est pas un acte raciste » – « Retourner sa veste, c’est jouer les doublures » – « Une capote anglaise s’exprime sans accent » – « Un con en danger de mort est presque sauvé » – « Donner de la voix n’est pas faire preuve de générosité » ou « Les – bi – je les sens moins, je n’ai pas la totalité des odeurs », illustrent bien la volonté de cette écriture laconique de dérider au moins les zygomatiques, avant de pousser plus avant la réflexion.
Afin de parachever l’œuvre entreprise et de peaufiner ce nouveau concept d’écriture à l’essai, le croquis, le dessin, la caricature viennent ajouter encore une dose d’humour visuel au propos ; l’ensemble textes –
illustrations cavale alors sur les traces de Cavanna, Desproges, Pierre Dac, Raymond Devos, de Charlie Hebdo et du Canard Enchaîné mais dans une version plus typiquement littéraire et plus affirmative, absolument
« laconique ».

Vous pourrez commencer au début, passer au milieu, ou encore à la fin, peu importe, c’est à votre discrétion.
Mais autant vous prévenir, quoique vous fassiez, une fois ouvert, vous ne vous en lasserez pas. Vous feuillèterez, guilleret ou pensif, avide de découvrir le bon mot, l’illustration, vous tenterez de retenir une maxime… Vous y reviendrez, comme après la dégustation d’un petit cru de derrière les fagots, ou d’une friandise qui vous aurait mis les papilles en combustion.
À l’envie, sourire sûrement, rire sans doute, réfléchir peut-être… Un remonte moral à toute épreuve ou unecure de jouvence ?