Un hôtel de Phuket accusé de diffamation après des allégations d’extorsion par l’armée

extorsionLe commandant de la base de l’Armée Royale Thaïe de la Région 4, en charge de tout le sud de la Thaïlande, a confirmé avoir ordonné aux officiers du service contentieux de l’armée de porter plainte pour diffamation contre le responsable d’un hôtel de Patong.

Cette décision survient après la publication par un responsable d’hôtel et une “partie concernée” d’une vidéo dans laquelle ils déclarent que des officiers de l’armée se sont rendus dans ‘hôtel pour extorquer de l’argent au responsable, a confirmé hier à la presse le commandant de la QUatrième Armée le lieutenant général Piyawat Narkvanich.

Le général Piyawat a indiqué avoir déjà reçu des précision écrites de la part du lieutenant colonel Surasak Peungyeam, commandant adjoint du 25ème Cercle Armée basée à Phuket.

A son tour, le général Piyawat a demandé à ses officiers de préparer une plainte et de poursuivre en justice le responsable de l’hôtel, les allégations proférées dans la vidéo ayant ‘terni’ la réputation de la Quatrième Armée.

En Thaïlande, la diffamation est un crime. L’Armée Royale Thaïe devra déposer plainte auprès de la police, qui enquêtera afin de déterminer si des charges seront retenues.

Le colonel Surasak a expliqué à la presse que lui même et plusieurs officiers s’étaient rendus dans cet hôtel le 27 Mars afin d’enquêter suite à une plainte transmise par un ancien employé de l’hôtel.

L’employée prétendait avoir été licencié sans motif valable après avoir pris cinq jours de vacances, entre le 25 et le 30 Décembre dernier.

Le colonel Surasak a également indiqué hier que son entrevue avec le responsable de l’hôtel avait été ‘secrètement’ filmée puis publiée sur les réseaux sociaux, l’accusant personnellement de vouloir extorquer des fonds au responsable de l’établissement.

La vidéo a été publiée sur YouTube, cliquez ici.

Personne, dans la vidéo publiée en ligne, ne mentionne quelconque versement d’argent. Un seconde vidéo, que The Phuket News s’est procuré, montre une conversation entre les soldats et le responsable, dehors de l’hôtel, après l’entrevue, mais encore une fois aucun versement d’argent n’est mentionné.

Pour répondre au responsable de l’hôtel qui se plaint que les soldats sont arrivés dans l’hôtel armes à l’épaule, le colonel Surasak fait remarquer qu’il s’agit de la procédure lorsque des soldats sont en mission.

Par contre, le colonel Surasak n’a pas précisé pourquoi l’Armée Royale Thaïe se chargeait d’une affaire de licenciement.

Le général Piyawat a lui fait remarquer qu’il avait officiellement demandé que deux officiers de la Police Royale Thaïe soient transférés quand le colonel Surasak a signalé que deux policiers accompagnaient le responsable de l’hôtel pour sa “protection”.

“Ces deux policiers n’ont rien à faire là. La police a son travail à faire, qui ne consiste pas à suivre cet homme partout où il va” a déclaré le colonel Surasak.

Le poste de police ou la division d’où viennent ces officiers n’a pas été cité.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr

La suite de cet histoire est sur cette page.