Ces trésors d’Asie du Sud-est protégés par l’UNESCO

UNESCODans sa première édition de 2019, le magazine 24Life a sélectionné, 10 sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Asie du Sud-Est qui témoignent de la diversité culturelle et naturelle de cette région

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture – connue sous le nom de l’UNESCO – a été créée il y a plus de 70 ans, mais ce n’est qu’en 1972 que la version finale de la « Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel » a été officiellement adoptée (bien que l’idée d’un Fonds du patrimoine mondial des Nations Unies ait été proposée dès 1965). Depuis lors, l’UNESCO a désigné des sites du patrimoine mondial à travers le monde, ce qui leur a conféré un statut d’importance destiné à protéger et à préserver leur beauté et leur importance culturelle pour les générations à venir.

Il existe actuellement 1.092 sites officiels du patrimoine mondial de l’UNESCO dans le monde, dont 38 dans les pays de l’ASEAN.
La plupart des voyageurs connaissent les sites les plus fréquentés, notamment l’ancienne ville d’Ayutthaya en Thaïlande, les temples du temple de Borobudur au centre de Java datant des VIIIe et IXe siècles et Angkor Wat au Cambodge, considéré comme l’un des plus importants sites archéologiques en Asie du Sud-Est. Mais il existe une multitude d’autres lieux à explorer, moins connus, parmi les cités anciennes au passé mystérieux, villes modernes à l’héritage culturel unique, ou encore de magnifiques espaces naturels, berceaux de vie majestueux et fragiles, derniers écosystèmes de leur genre.

La Convention de l’UNESCO de 1972 reconnaît trois sortes de patrimoines matériels: le patrimoine culturel (monuments ou ensembles ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art, de la science, de l’ethnologie ou de l’anthropologie), le patrimoine naturel (monuments naturels, espaces naturels d’habitat pour la faune et la flore, formations géologiques, ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue esthétique ou scientifique, du point de vue de la science ou de la conservation de la beauté naturelle), et le patrimoine mixte culturel et naturel qui est le produit combiné de la nature et de l’adaptation de l’homme dans cette nature.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok