COURSES BATEAUX-DRAGONS – Des Français dans la compet’

BATEAUX-DRAGONSCe Lundi 18 juin, des courses de bateaux-dragons ont eu lieu à Suzhou, rendez-vous annuel incontournable de la fête de Duanwu Jie.  Toute la ville s’était donné rendez-vous sur les berges du lac Jinji, à l’est de la célèbre ville d’eau pour encourager les rameurs. Et parmi eux, chaque année de plus en plus nombreux, des francophones, amateurs ou passionnés, venus vivre la culture chinoise de l’intérieur. L’occasion pour le Petit Journal de vous faire partager cette matinée festive.

Les premiers départs des courses étant prévues à partir de 8h30, c’est au tout petit matin qu’il me faut rejoindre les équipes dans leur zone réservée. Les rameurs arrivent au compte-goutte, encore un peu endormis, café à emporter ou thermos dans les mains, et rejoignent leur emplacement. Et malgré la fraîcheur matinale, le public est déjà bien en place et l’effervescence grandissante.

Rapidement, les haut-parleurs se mettent à hurler avertissements de sécurité, annonces du programme, publicités et musique entraînante dans une joyeuse cacophonie. Le ciel nuageux laisse alors la place à un beau soleil brûlant et le public commencera à jouer des coudes à coup d’ombrelles…

Certaines  équipes s’échauffent avec sérieux : petit footing autour des stands de boissons fraîches, étirements, gymnastiques et cris de ralliement. Une équipe est même venue accompagnée de ses pom-pom-girls ! D’autres somnolent mollement sous les tentes, attendant l’appel de leur équipe et sachant que le temps peut parfois être long entre les différents passages… Entre les dilettantes oisifs dont c’est la première participation et les habitués entraînés aux équipements de pointe… les disparités sont grandes !

Les bateaux-dragons, comment ça marche ?

Trois types d’embarcations vont concourir sur une distance de 150 mètres : bateau mixte de 22 personnes, bateau de 12 femmes et bateau de 12 hommes. Chaque équipe comprend un tambour (ou drummer) à l’avant du bateau, qui marque la cadence à suivre et un barreur (ou steerer) qui dirige l’embarcation à l’arrière.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok