“Emotion through lines”, un voyage au-delà du portrait à Bangkok

EmotionHom Nguyen, artiste franco-vietnamien, est aujourd’hui considéré comme l’une des figures françaises de l’art contemporain. « Emotion through lines”, exposé à l’hôtel Hansar de Bangkok jusqu’au 15 août, ne se veut pas le portrait  d’un artiste reconnu mais plutôt le reflet d’une intégration, d’un pont culturel avec la ville de Bangkok.

“C’est comme si c’était une preview, pour Bangkok c’est énorme. L’exposition ramène des gens de partout, dans un lieu convivial, on crée une union” s’exclame l’air rayonnant, le regard souriant, l’artiste contemporain, Hom Nguyen. Loin de sa patrie d’accueil, la France, et proche de son pays natal, le Vietnam, Hom a posé pied à l’hôtel Hansar de Bangkok pour inaugurer vendredi sa nouvelle exposition, “Emotion through lines”.

Dispersés en petits groupes, les invités boivent délicatement les paroles de l’homme de 46 ans, t-shirt jaune et salopette qui déambule énergétiquement dans la pièce, et nourrissent avidement leur regard des œuvres de l’artiste.

Accrochées sur plusieurs murs, les esquisses d’Hom, des visages asiatiques d’enfants dont le regard exprime plus que la parole, et quelques mains qui tiennent en leurs traits une histoire, une vie, ne sont pas là pour la déco, ils interpellent, émeuvent.

“C’est une mini rétrospective de mes deux dernières années de travail. La réunion de deux projets “Sans repères” et “Trajectoires”” explique l’artiste d’une voix douce et décontractée.

Deux grands thèmes conducteurs dans l’art de Hom, né en France d’une mère vietnamienne immigrée “cette terre d’accueil nous a permis de rebondir. Je suis portée aujourd’hui par cette immigration, et surtout par l’intégration. C’est ce que j’essaye de transmette. ”

En haut d’un escalier, majestueuse mêlant coups de stylos et traits de peinture, l’œuvre préférée de l’artiste, un grand portrait coloré, saisit. “Le moment où l’on se trouve au pied du mur et il faut s’en sortir pour ne pas stagner. C’est comme une frontière, tu dois passer outre et ailleurs.” décrit-il avec ses mains, le regard lointain.

Puis, soudainement, les invités immobilisent leur regard. Hom Nguyen, approche de la vitre à l’entrée de l’hôtel, feutre blanc en main. “En s’écartant, un visage apparaît”. Concentré, vif, amusé, Hom qui n’a eu besoin que de quelques minutes pour créer le portrait d’un pêcheur.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok