Funérailles grandioses pour dire adieu au roi de Thaïlande

FunéraillesDes centaines de soldats en costumes traditionnels multicolores avançant au chant des moines devant une foule en pleurs: la Thaïlande a célébré jeudi avec faste les funérailles de son monarque, au statut de demi-dieu.

Palanquin doré surmonté d’une urne funéraire en bois précieux, sujets agenouillés… Les funérailles hors normes orchestrées jeudi du roi de Thaïlande Bhunibol Adulyadej s’inscrivent dans une tradition ancienne.

Ni la junte aux manettes du gouvernement ni la monarchie, une des plus riches au monde, n’ont lésiné sur les dépenses: la cérémonie et la construction du site de la crémation est estimée à 90 millions de dollars (plus de 76 millions d’euros).

Les meilleurs artisans du pays ont travaillé pendant des mois pour construire le site de la crémation, sculptant des créatures des mythologies hindoues ou bouddhistes: au total, plus de 500 de ces créatures et animaux entourent le site, censé représenté le mont Meru, passage entre le monde des vivants et des morts pour les bouddhistes.
Y sont aussi placées, au sommet, deux statues des chiens préférés du roi, eux aussi décédés.

Le corps du roi Bhumibol Adulyadej, décédé le 13 octobre 2016 à 88 ans, était conservé depuis au palais, entouré d’un constant cérémonial bouddhique, régulièrement diffusé en direct à la télévision.

Jeudi matin, une immense procession emmenée par le nouveau roi Maha Vajiralongkorn, en costume militaire d’apparat rouge, a permis d’amener l’urne royale jusqu’au gigantesque site de la crémation.

« Je n’ai jamais vu une cérémonie aussi spectaculaire de ma vie », confie Sripipha Dowsuk, une Thaïlandaise de 60 ans, en larmes.

Plus de 300.000 Thaïlandais étaient massés, selon les autorités, le long du tracé du convoi funéraire sous un soleil de plomb, et des dizaines de milliers d’autres dans le pays se sont rendus dans les temples formant d’impressionnantes files d’attentes pour lui rendre un dernier hommage.

Après les premiers chants des moines bouddhistes, le nouveau roi a présidé aux rituels, ses sujets rampant devant lui comme le veut la tradition, avant de prendre place dans la procession.

– Cérémonial pour demi-dieu –

Près de 1.000 soldats en costumes traditionnels multicolores, contrastant avec une foule tout en noir, ont pris place dans le cortège funéraire, qui devait aller du palais vers le crématorium, une distance de moins de trois kilomètres qui a leur a pris plusieurs heures à parcourir, le cérémonial impliquant une marche très lente.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok