La fille de Vercingétorix s’invite chez Astérix

VercingétorixMême à l’époque d’Astérix, il était difficile d’être une ado… Alors quand de surcroît on porte le patronyme de Vercingétorix, on imagine combien cela devait être un lourd fardeau dans une Gaule (presque) toute occupée par les légions de Jules César.

« La fille de Vercingétorix », c’est le nom du 38e album des aventures d’Astérix et Obélix dont la sortie mondiale est prévue le 24 octobre, a révélé mercredi la maison d’édition Albert-René (une filiale du groupe Hachette Livre).

Comme à son habitude, l’éditeur s’est montré assez avare de détails concernant ce nouvel album signé, comme les trois précédents, du tandem Jean-Yves Ferri (scénario) et Didier Conrad (dessin).

« Mettre en vedette une adolescente dans l’univers d’Astérix, c’est assez nouveau », a confié Jean-Yves Ferri à l’AFP. Parmi les rares adolescents mis en avant dans les précédents albums, les spécialistes de l’œuvre créée il y a 60 ans par René Goscinny et Albert Uderzo se souviennent de Goudurix, un adolescent craintif et paresseux croisé dans « Astérix et les Normands ».

S’il refuse de révéler le prénom de la jeune Vercingétorix (« c’est une sorte de jeu de mots », se contente de dire Ferri dans un éclat de rire), le scénariste assure que cette adolescente a le caractère bien trempé de son père.

« C’est une ado en révolte. Tout commence par son arrivée mystérieuse au village… On pourrait penser que les Gaulois du village d’Astérix étaient les plus résistants de toute la Gaule mais en fait non, il y a encore plus résistant qu’eux et c’est la fille de Vercingétorix! », affirme Jean-Yves Ferri.

Le thème de l’album, « c’est la résistance panachée avec l’adolescence… et l’adolescence c’est pas tout simple… La fille de Vercingétorix a un caractère d’ado et a du mal à s’appeler comme elle s’appelle », poursuit-il.

– Plus de 5 millions d’exemplaires –

La jeune fille est arrivée au village escortée par deux guerriers Arvernes dont l’un portant un sanglier-enseigne, le célèbre étendard de guerre caractéristique des tribus gauloises. Même chez Astérix et Obélix (« où elle n’est pas arrivée par hasard »), l’adolescente n’est pas en sécurité. « Cette pauvre fille de Vercingétorix est forcément l’objet de la convoitise romaine. César a intérêt à faire disparaître toute postérité du résistant gaulois », confie Jean-Yves Ferri.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok