Les ancêtres sacrés du Laos à l’honneur pour le Nouvel An bouddhique

LaosPieds nus et vêtus d’un costume rudimentaire fait de cordelettes, deux artistes masqués, déguisés en «ancêtres» légendaires du Laos, arpentent les rues de Luang Prabang à l’occasion des bouillonnantes célébrations du nouvel an qui attirent chaque année des centaines de fidèles dans cette petite ville habituellement tranquille.

Les participants jettent de l’eau sur le couple et leur lionceau au masque doré lors de cette procession annuelle issue du folklore laotien qui a lieu au cœur des congés du nouvel an bouddhique.

Selon la légende, le roi divin du Laos lança un jour un appel sur terre pour que des volontaires aillent couper une énorme vigne qui empêchait les agriculteurs de cultiver du riz et des légumes.

Personne ne se présenta, mais finalement, un vieux couple -Pou Nyer (grand-père) et Nyar Nyer (grand-mère) – se proposa d’exécuter la mission, tout en sachant qu’une tâche aussi difficile lui couterait la vie.

Après la mort des deux héros, tués par la vigne géante, le roi appela les Laotiens à vénérer pour l’éternité le couple et leur lionceau, et ils sont maintenant considérés comme les protecteurs ancestraux du pays.

Aujourd’hui, deux acteurs masculins représentent le couple sacré et deux autres jouent le lionceau. Costumes et masques n’apparaissent qu’une fois par an pour un défilé qui se conclut par une danse dans le temple doré Wat Xien Thong, l’un des plus anciens et des plus craints, sur les rives du Mékong.

Conitnuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok