Loy Krathong en Thaïlande, un moment féerique aux formes diverses

Loy KrathongLe 22 novembre, les rivières et points d’eau de Thaïlande scintilleront de petites embarcations lumineuses et fleuries pour Loy Krahong, une fête célébrée de diverses manières d’une province à l’autre

Tous les ans au soir de la 12e pleine lune, les Thaïlandais célèbrent l’un des plus importants rites du pays, Loy Krathong, la fête des lumières. Cette année, l’événement tombe le 22 novembre – même si dans certains endroits, les festivités auront lieu sur plusieurs jours ou à des dates différentes.

“Loy” signifie littéralement « flotter » (dans l’air ou sur l’eau) et « Khratong » renvoie à la forme des réceptacles décorés dédiés à cette tradition. Le krathong est, dans sa forme traditionnelle la plus commune, une petite embarcation fleurie en forme de lotus réalisée avec des feuilles et une tranche de bananiers sur laquelle on plante une bougie et trois bâtons d’encens -mais le krathong peut prendre des formes très diverses. Selon les convictions qui les animent les uns y ajouteront des offrandes (pièce de monnaie, nourriture) d’autres des éléments corporels (bout d’ongles ou cheveux).

Car célébrer Loy Krathong consiste pour les Thaïlandais à rendre hommage à la divinité protectrice des eaux ainsi qu’au Bouddha mais c’est aussi l’occasion de se débarrasser du mauvais sort et autres malheurs du quotidien.

Loy Krathong est un moment considéré comme le plus romantique de l’année. Les jeunes couples déposent ensemble un Krathong pour deux faisant ainsi vœu d’amour éternel –moins romantique, il n’est pas rare de voir des jeunes, filles comme garçons, célébrer plusieurs fois Loy Krathong dans une même soirée avec des partenaires différents. Si le Krathong reste illuminé après la mise à l’eau, les tourtereaux peuvent être sûrs que leur souhait sera réalisé.

Loy Krathong est aussi pour les Thaïlandais un moment de purification et de recueillement religieux.

Fête ancienne

L’origine exacte de cette tradition, qui est l’une des plus anciennes de Thaïlande, reste controversée par les historiens. Toujours est-il que l’on retrouve des rites similaires lors de la fête hindoue de Divali en Inde, en l’honneur du fleuve sacré du Gange personnifié par la déesse Ganga. Et la divinité des eaux à laquelle les Thaïlandais rendent hommage se nomme Phra Mae… Khongkha

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok