L’utopie de Val prend racine dans le cœur de Bangkok

GarachonUne centaine de personnes ont assisté à l’inauguration de la sculpture « Ville Fantastique II » de l’artiste française Val dans le parc Benjasiri à Bangkok le 16 février en présence de la vice-gouverneur de Bangkok Wanwilai Promlakkhano, de l’ambassadeur de France en Thaïlande Gilles Garachon, du Président de l’Alliance Française de Bangkok, le Dr Jingjai Hanchanlash.

Artiste de renommée internationale, Valérie Goutard, alias Val, était en pleine ascension de son art et de sa renommée lorsqu’un accident de la route a mis fin à son parcours en octobre 2016. Cette femme rayonnante et débordante de générosité, qui s’était découvert une passion pour la sculpture au début des années 2000, a en effet connu un succès rapide, tout d’abord en Asie, et commençait à faire parer d’elle sur d’autres continents.

Cette artiste autodidacte issue du secteur du marketing s’était installée en Thaïlande en 2004, trois ans après s’être lancée dans la sculpture. C’est d’ailleurs en Thaïlande qu’elle a affirmé son talent et sa patte avec comme fil rouge « l’homme et sa relation avec son environnement ».

Son travail se caractérise par une forte notion de liberté que l’on retrouve en premier lieu dans le mouvement de ses personnages et l’ouverture des architectures dans lesquelles ceux-ci évoluent.

En quelques années, Val s’était fait un nom dans les milieux d’art internationaux imposant ses créations jusque dans l’espace public comme le parvis de l’hôtel Sofitel Sukhumvit à Bangkok ou encore l’avenue Nanjing, l’une des artères les plus animées de Shanghaï. Ses œuvres ont été vues dans de nombreux pays d’Europe, d’Asie et d’Océanie.

L’une des ses dernières grandes réalisations fut l’exposition sous-marine permanente au large de Koh Tao, “Ocean Utopia”, ouverte en mars 2016.

Val a incontestablement contribué ces dix dernières années au développement artistique en Asie et particulièrement à Bangkok. Une contribution teintée d’une philosophie de l’art pour tous et partout qui consiste à installer, intégrer, l’art avant tout dans l’espace public, voire dans la nature.

Continuez votre lecture sur le Petit Journal Bangkok