Oussama Ammar en Thaïlande pour parler révolution numérique

Oussama AmmarLe club APM (Association Progrès du Management) tenait lundi 20 mars une conférence sur l’ubérisation de l’économie et les mutations technologiques. L’invité d’honneur était Oussama Ammar, co-fondateur de l’incubateur de start-up The Family.

« Internet limite le pouvoir des dirigeants et redonne le pouvoir au consommateur« , estime Oussama Ammar. Lundi 20 mars, le co-fondateur de la société d’investissement de startups parisienne The Family était l’invité d’honneur de la conférence organisée par le club de chefs d’entreprises APM (Association Progrès du Management) à l’hôtel Sofitel Sukhumvit de Bangkok (Thailande). Les principaux thèmes abordés : la révolution numérique et la mutation sociétale qu’elle entraine. Environ 150 personnes ont assisté à cette conférence dont de nombreux dirigeants d’entreprises multinationales comme Décathlon. L’ambassadeur français  M. Garachon était également présent.

Vêtu d’un jean et de converses délavées, cet investisseur de 29 ans en a déjà sous le pied. Dans son discours, il a mis en avant les mutations sociologiques auxquelles les entreprises sont aujourd’hui confrontées et la nécessité pour elles de s’adapter à un monde fragmenté « La vie est construite par des choix uniquement personnels. Il n’y a plus de logique de groupe”, explique Oussama Ammar. Cela se reflète à l’échelle des entreprises. “Les dirigeants ne peuvent plus être neutres sans prendre le risque de se mettre une communauté à dos”. Pour lui, la distance entre l’économie et la politique tend à s’effondrer. “Il y a des entreprises de droite, d’autres de gauche. Le parti-pris marketing est devenu la norme”.

Pour l’investisseur aguerri, cette révolution sociologique est engendrée par Internet. Il souligne que l’Internet n’est pas uniquement un outil technologique permettant d’améliorer les solutions. Il devient une plateforme d’expression pour les consommateurs et les employés et leur permet de se retrouver dans leurs valeurs. “Internet incarne la dernière étape du processus démocratique. Elle redonne le pouvoir au consommateur et le dirigeant peut être renversé du jour au lendemain”.

Continuez votre lecture sur le Petit Journal Bangkok