Street art et vétos à la rescousse des panthères et de la contestation

Street artDes artistes de street art de Bangkok se sont joints vendredi à une campagne de protestation contre l’impunité d’un homme d’affaires très influent ayant tué une panthère, un scandale qui permet de critiquer indirectement le pouvoir.

Le groupe de dix artistes a réalisé en quelques heures une parodie de la dernière Cène du Christ avec ses apôtres, représentés avec des têtes de panthères, sur le mur d’une clinique vétérinaire de Bangkok.

« Quelle que soit l’issue de l’affaire, nous n’avons pas le pouvoir d’intervenir », déclare Panda Dew, un des artistes, qui assurent se concentrer sur la défense des animaux, pas sur la politique.

« C’est notre déclaration sans paroles au monde », explique Phureerut Ratanavanich, co-propriétaire du PAQ Animal Hospital, clinique située sur l’avenue Raminthra qui a donné son accord aux artistes.

L’art graphique est utilisé comme une critique détournée, dans un pays tenu par une junte militaire où les rassemblements politiques restent interdits.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok