La Thaïlande séduit les touristes chinois gays stigmatisés chez eux

gayAvec une population LGBT estimée à 70 millions de personnes, la Chine est le troisième plus grand marché « rose » derrière l’Europe et les États-Unis. Les professionnels du tourisme, notamment en Thaïlande, font tout pour attirer ces clients.

Dans un bar gay aux lumières roses de la station balnéaire de Phuket, dans le sud de la Thaïlande, un chanteur transsexuel entonne une chanson d’amour en mandarin. Car les touristes chinois sont nombreux dans l’auditoire, en quête d’un espace public où exprimer librement leur homosexualité, loin de Pékin.

Que le chanteur ne maîtrise visiblement pas la langue n’entame en rien son succès. Et quand entrent en scène les « gogo-boys », les clients chinois se pressent pour se prendre en photo avec eux.

« Je veux trouver un moyen de vivre ici. On s’amuse et c’est si ouvert. Les hommes peuvent se tenir la main dans la rue et personne n’y prête attention », s’enthousiasme un jeune développeur de sites Web venu de Shangaï, rencontré parmi les clients du bar ZAG, un des établissements de la zone Paradise Complex, épicentre de la vie nocturne de Phuket.

« En Chine, si vous faites cela, ça fait toute une histoire, les gens vous prennent en photo », dit-il avant de monter sur scène pour une danse.

Avec une population LGBT estimée à 70 millions de personnes, la Chine est le troisième plus grand marché « rose » derrière l’Europe et les États-Unis. Les professionnels du tourisme, notamment en Thaïlande, font tout pour attirer ces clients.

En Chine, faire son coming-out reste difficile et s’habiller ou parler de façon jugée efféminée peut valoir l’opprobre familial. Des parents chinois vont jusqu’à conduire leurs enfants dans des cliniques de «conversion» pour tenter de ramener leur progéniture dans ce qu’ils estiment être le droit chemin.

L’homosexualité était considérée en Chine comme une maladie mentale jusqu’en 2001 et même comme un crime jusqu’en 1997. Des défenseurs des droits des homosexuels ont été arrêtés par le passé.

En comparaison, la Thaïlande, connue pour sa tolérance sexuelle, est un havre de paix pour les touristes gays chinois.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok