Arrestation et Détention en Thaïlande (partie 1)

prisonEn cas d’arrestation ou d’incarcération, vous pouvez demander que l’ambassade de France soit informée.

Le Consulat pourra faire savoir aux autorités locales que vous êtes sous la protection consulaire de la France et s’enquérir du motif de votre arrestation.

Si vous en êtes d’accord, il préviendra votre famille et sollicitera les autorisations nécessaires pour pouvoir vous rendre visite.

Pour vous aider judiciairement, le consulat vous proposera le choix d’un avocat qui pourra vous défendre (vous devrez rémunérer les services de cet avocat).

Lors de l’arrestation – Première démarches :

En cas d’arrestation, nous vous conseillons d’informer l’ambassade :
par courriel à l’adresse : [email protected]
par téléphone au +66 (0)2 657 51 00
par courrier :
Ambassade de France en Thaïlande
Affaires Sociales
35 Charoenkrung Road, Soi 36
10500 Bangkok

• Nous solliciterons les autorités locales afin de connaître les chefs d’inculpation retenus à votre encontre,
• nous vous transmettrons une liste d’avocats favorablement connus
• si vous le souhaitez nous préviendrons votre famille ou vos proches.

L’ambassade vous invite à rester vigilent. Des personnes malintentionnées peuvent vous solliciter. Elles promettront, contre le versement d’une somme d’argent, une libération rapide ou un classement sans-suite de l’affaire. Ces manœuvres donnent lieu à une escroquerie. Vous perdriez les fonds versés sans possibilité de les récupérer.

Votre défense pourra être assurée uniquement par un avocat. Les frais de défense seront à votre charge.

Si les chefs d’inculpation retenus sont graves, vous pourrez être placé en détention préventive. Votre transfert vers une autre prison thaïlandaise ne pourra être sollicité que lorsque la procédure judiciaire sera terminée.

Demandez l’assistance :
-  d’un avocat favorablement connus de l’ambassade dont vous trouverez la liste ICI,
-  et celle d’un traducteurs, dont la liste se trouve ICI.

Ne signez aucun document sans en avoir au préalable compris le sens !

Exigez, au besoin, de réaliser les analyses qui corroboreront vos dires (toxicologiques, alcoolémie, etc..) ! En cas de refus des autorités policières, demandez à ce que leur refus soit consigné dans le procès-verbal.