Un moine pro-junte inculpé et défroqué pour utiliser la monarchie

moine pro-junteUn célèbre moine thaïlandais a été défroqué après avoir été inculpé pour avoir vendu des amulettes avec de faux sceaux royaux, a annoncé vendredi la police confirmant ainsi la déchéance de ce religieux qui comptait parmi les leaders des manifestations ayant provoqué la chute du dernier gouvernement élu.

La junte militaire, qui a pris le pouvoir en mai 2014 après ces mois de protestations, a adopté une ligne dure à l’égard du puissant clergé bouddhiste après plusieurs scandales financiers majeurs dans le pays.

Mais l’arrestation de Luang Pu Bouddha Issara, qui dirigeait l’une des principaux camps de manifestation durant les mois ayant précédé le coup d’Etat, a surpris un public habitué aux diatribes pro-junte du moine.

Luang Pu Bouddha Issara vendait des amulettes en ligne, a expliqué Maitri Chimcherd de la Division de la répression du crime, ajoutant que le tribunal l’avait inculpé et rejeté sa demande de libération conditionnelle.
« La cour a refusé sa demande de libération sous caution », a souligné Maitri, ajoutant que le moine avait également été défroqué.

La plainte est intervenue après qu’un collectionneur d’amulettes, objets très prisés en Thailande, a découvert que le site Internet du moine en vendait tout en prétendant bénéficier du soutien du Palais.

« Quand j’ai vérifié sur le site internet, il n’y avait aucune preuve de l’autorisation officielle d’utiliser les initiales royales », a déclaré Vichai Prasertsudsiri, haut responsable de l’organisation de protection du clergé bouddhiste en Thaïlande.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok