Koh Kood, la possibilité d’une île… préservée en Thaïlande

Koh KoodSouvent surnommée « Maldives de Thaïlande » en raison de ses plages de cartes postales, Koh Kood résiste miraculeusement à un développement irraisonné et à l’invasion du tourisme de masse, pour proposer une option séduisante aux amateurs de calme et de paysages naturels

La surexploitation touristique qui sévit dans de nombreuses îles de Thaïlande est considérée comme un véritable fléau par une catégorie de touristes désireuse de se reposer confortablement, loin du bruit et de l’agitation. Ancrée au sud de l’archipel de Koh Chang, à un peu plus de quatre heures de route de Bangkok, Koh Kood conserve depuis qu’elle s’est ouverte au tourisme, les caractéristiques souhaitées par ces voyageurs en quête d’une île paradisiaque : une nature sauvage luxuriante en son cœur et des plages de rêve immaculées sur son littoral.

Cela ne doit rien au hasard. Déclarée district autonome en 1952 (elle appartenait auparavant au district de Laem Ngop), l’île est depuis régie par sa communauté qui se réunit une fois par mois pour gérer les affaires courantes. Comprenant des représentants des quatre villages de pêcheurs qu’elle abrite, celle-ci place la sauvegarde de l’environnement et du mode de vie de ses 1.600 habitants au cœur de ses préoccupations.

Pas question donc de laisser envahir les étroites routes qui serpentent à travers Koh Kood par des hordes de 4×4. Les visiteurs doivent laisser leurs voitures au parking de la jetée de Laem Sok, avant d’embarquer sur l’un des six bateaux qui la desservent quotidiennement. L’île n’héberge pas de bars nocturnes bruyants et les amateurs de nightlife peuvent passer leur chemin. Quant au nombre de resorts, il reste volontairement limité avec encore et toujours ce souci de préservation.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok

https://lepetitjournal.com/bangkok/koh-kood-la-possibilite-dune-ile-preservee-en-thailande-232628Koh Kood Koh Kood