La protection de Maya Bay insuffisante pour sauver les coraux

Maya BayMaya Bay, près des célèbres îles Koh Phi Phi, à l’est de Phuket, doit être fermée totalement aux touristes pour que le corail et l’écosystème marin puisse se régénérer, prône l’océanographe Dr Thon Thamrongnawasawat auprès de The Phuket News.

Pour protéger efficacement le secteur, de nouveaux officiers doivent être stationnés dans les sites protégés pour assurer que l’interdiction d’accéder aux sites est bien respectée, explique le Dr Thon dans une interview exclusive à The Phuket News.

Le Dr Thon, activiste de l’écologie maritime, président adjoint de la Faculté de la Pêche de l’Université Kasetsart à Bangkok et conseiller spécial du Département des Ressources Maritimes et Côtières (DMCR), a pris la tête du mouvement de protection de Maya Bay avant que le tourisme de masse n’y génocide la vie sous marine.

“Mon premier choix est de complètement fermer Maya Bay pour permettre au corail de se régénérer. Si ce n’est pas fait, il faudra fermer entièrement la baie pendant quatre mois par ans et limiter à 2,000 par jour le nombre de personnes autorisées à accéder à la baie le reste de l’année” dit le Dr Thon.

“Nous devons aussi limiter le nombre de bateau se rendant dans la baie de Loh Samah à 100 par jour” ajoute t il.

La baie de Loh Samah a été décrétée comme point d’accès (piéton) à Maya Bay après la fureur de Février quand les médias internationaux ont rapporté que toute forme d’accès à Maya Bay serait interdites aux touristes.

Pour clarifier le problème, Worapoj Lomlim, le chef du parc national Hat Nopparat – Mu Ko Phi Phi déclarait à The Phuket News “Maya Bay elle même n’est pas fermée aux touristes, nous n’avons pas employé le terme ‘fermé’.

“L’accès à Maya Bay sera simplement interdit aux bateaux par la plage de Juin à Septembre” dit il.

“Aucun bateau ne sera autorisé dans la baie. L’écosystème marin et les coraux doivent se régénérer” dit il.

“La plage n’est pas fermée aux visiteurs et les touristes peuvent y accéder à pied via une baie voisine, ou les bateaux pourront jeter l’ancre” ajoutait il.

La baie ou se posteront les bateaux s’appelle Loh Samah, elle se situe au sud de Phi Phi Lei. De là, les touristes peuvent marcher 250 mètres à travers l’île pour rejoindre Maya Bay.

Cependant, en Février M. Worapot rappelait, comme il l’avait déjà indiqué en Novembre, que le nombre de bateaux autorisés à se rendre à Loh Samah devrait être limité.

Le nombre exact de bateaux autorisés à Loh Samah doit encore être déterminé, disait il.

Mais la pression monte également, et rapidement, pour limiter le nombre de visiteurs.

Le Dr Thon a fait remarquer à The Phuket News “Le nombre de visiteurs à Maya Bay, entre le 1er et le 18 Mars a atteint une moyenne de 3,750 par jour. La décision des autorités ne suffit pas à protéger l’environnement.

“L’ajout d’officier supplémentaires du DMCR dans des secteurs spécifiques du parc national et sur d’autres îles est une autre option. Mais les officiels devront chaque jour faire face à des milliers de touristes” ajoute t il.

Le Dr Thon déclare que les mesures actuelles pour réduire la pression du tourisme sur l’environnement ne fonctionnent pas.

“Je me suis souvent rendu à Koh Phi Phi Lei et j’ai toujours vu au moins 10 bateaux et minimum 200 touristes. C’est surpeuplé. J’ai même vu une touriste chinoise marcher sur les coraux, à marée basse, pour les observer” dit il.

“Les coraux dans ce secteur sont très variés et de natures très diverses. Et elle marchait dessus.

“Les officiers l’ont aussi vu et l’ont arrêté, heureusement elle n’avait pas eu le temps d’endommager trop de coraux” ajoute t il.

Ces incidents ne devraient pas se produire, mais ça arrive, encore et encore et encore, il n’y a pas assez d’officiers pour faire face aux nombre de touristes” signale le Dr Thon.

Pour empirer la situation, le nombre de touristes friands d’attractions aquatiques dans l’Andaman ne cesse de croître, indique le Dr Thon.

“A cette période de l’année, chaque parc national de l’Andaman est accessible, et pendant les trois premiers mois de cette année le nombre de touristes visitant ces parcs à augmenté de 30%” dit il.

Toutefois, Coral Island, à cinq kilomètres au sud de Phuket, et dont 75% des récifs ont été détruits par le tourisme, ne fait pas partie du discours du Dr Thon.

En Avril dernier, le Département des Ressources Maritimes et Côtières (DMCR) indiquait mettre en place de manière urgente des mesures de protection du corail de Coral Island, Koh Hae en thaï, baptisée ainsi pour la pléthore de récifs qui encerclaient autrefois ses côtes.

Et après une nouvelle saison touristique qui a suivi cette annonce, The Phuket News n’a pas pu apprendre quelles mesures avaient été prises ni mises en oeuvre pour limiter l’impact du tourisme sur l’île.

Pour le Dr Thon, le problème est clair “Ce n’est pas un parc national. Il faut voir avec le DMCR” dit il.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr