Une étude sur des macaques en Thaïlande révèle une intelligence inouïe

macaquesDes macaques sauvages ont appris à utiliser des outils différents selon qu’ils veulent ouvrir des noix ou des coquillages, ont déclaré des chercheurs le 27 mars, mettant en évidence des capacités rares attribuées jusque-là uniquement aux humains et aux chimpanzés.

Des scientifiques thaïlandais et britanniques ont observé en Thailande des singes qui utilisent des pierres de tailles différentes pour effectuer deux tâches bien distinctes.

Le macaque à longue queue (Macaca fascicularis) se nourrit d’amandes de mer, d’huile de palme et occasionnellement de mollusques comme des palourdes, des huîtres ou des moules.

Des spécimens observés sur l’île de Piak Nam Yai, dans la province de Ranong (sud Thaïlande), utilisent des pierres pouvant peser jusqu’à deux kilogrammes comme un marteau pour casser les noix, et ils se servent de pierres plus fines et tranchantes comme leviers pour ouvrir les coquillages.

Avant que cette étude ne soit menée, seuls les chimpanzés et les capucins barbus étaient connus dans le monde sauvage pour utiliser des pierres afin de décortiquer leur nourriture.

Le professeur Tomos Proffitt, de l’University College London, co-auteur de l’étude, estime que cette découverte pourrait avoir un grand impact sur l’étude des primates.

Il s’agit là d’une nouvelle preuve que « les grands singes et les humains ne sont pas les seuls à varier les outils selon les tâches, » explique-t-il.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok