A Bangkok, des pompiers reconvertis en chasseurs de serpents

pompiersCette caserne de pompiers de Bangkok n’a pas éteint d’incendie depuis trois mois. En revanche, les appels à l’aide pour capturer des serpents sont devenus quotidiens.

En 2017, les pompiers de cette mégalopole de plus de dix millions d’habitants ont reçu plus de 34.000 appels concernant ces reptiles, soit deux fois plus qu’en 2014.
Ils s’attèlent à la tâche comme, dans d’autres pays, leurs collègues viennent retirer les nids de guêpes.

Mais les soldats du feu thaïlandais tentent de sensibiliser la population aux risques d’une campagne trop systématique d’éradication: la plupart sont utiles à l’écosystème des villes, où ils se révèlent de redoutables chasseurs de rats, et ne sont même pas venimeux. Sur les 200 espèces recensées en Thaïlande, seule une trentaine le sont.

Ce jour-là, une couleuvre s’est invitée dans une maison de la banlieue nord de Bangkok. Avec de simples gants, Suraphong la maîtrise en quelques instants. Des interventions comme celle-ci, ces pompiers en font des dizaines chaque mois.

« Là-dedans il y a douze pythons qu’on garde à la caserne » avant de les remettre à une université qui se charge ensuite de les relâcher dans la campagne, explique le pompier, en montrant une cage où les reptiles dorment enlacés. L’un d’eux avait avalé un chat.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok