A Bangkok, le Beaujolais fait rimer convivialité avec entraide

BeaujolaisLa soirée du Beaujolais Nouveau, à la Résidence de France à Bangkok, est l’occasion de passer un bon moment de convivialité tout en contribuant à l’entraide entre Français. Rendez-vous le 24 novembre!

Depuis que le 14 juillet a été restreint il y a dix ans à une poignée de privilégiés, le seul évènement qui donne la possibilité aux Français et leurs amis de passer (sans attendre d’y être invités) une soirée dans les jardins de la Résidence de France est le Beaujolais Nouveau.

Ce n’est donc pas étonnant de voir chaque année cet évènement faire carton plein, d’autant qu’il se tient au début de la belle saison en Thaïlande, après plusieurs mois de la grisaille humide de la mousson.

Il est clair que la soirée du Beaujolais Nouveau n’a jamais vraiment rimé avec bon vin, mais à Bangkok on a choisi depuis longtemps de la faire aller de pair avec la notion d’entraide. Une solidarité toute concitoyenne puisque les bénéfices récoltés vont à l’Association Française de la Bienfaisance en Thaïlande (AFBT), un fonds d’aide aux personnes de nationalité française qui se trouvent en grande difficulté et sans ressources.

« Loin de tout esprit d’assistanat, l’AFBT intervient sur des cas jugés vraiment graves et désespérés ou étant de manière imminente sur le point de le devenir », souligne le président Christophe Fromont, élu cette année.

« Nous avons en Thaïlande environ 30.000 Français en résidence et plus de 800.000 touristes venus de l’hexagone qui visitent chaque année la pays du sourire connu par exemple pour avoir un taux d’accidentologie sur les routes extrêmement élevé. Mais c’est aussi un pays dans lequel certains comportements malheureux ou irraisonnés de la part des étrangers -sur des plans très divers- peuvent vite se transformer en drame », explique cet ancien gendarme de l’ambassade aujourd’hui reconverti dans le conseil en sécurité.

Dans beaucoup de cas, les gens arrivent à s’en sortir par eux-mêmes ou avec l’aide d’une bonne assurance, de la famille ou des amis. Mais dans le lot, les moins chanceux ou moins bien préparés et/ou moins bien entourés, peuvent se retrouver entrainés dans une spirale pouvant les mener à une situation inextricable, parfois fatale. C’est là que la Bienfaisance peut intervenir, en conseillant, en coordonnant, ou en prêtant des fonds, pour permettre à ces personnes en grande détresse de rebondir ou tout simplement de rentrer au pays.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok