A la découverte de la fabrication traditionnelle des bols à aumônes

Bol a aumoneAu cœur de Bangkok, quelques familles fabriquent encore de manière traditionnelle des bols à aumônes utilisés par les moines bouddhistes. Les touristes peuvent observer ce travail fait à la main, qui nécessite une grande patience. Pour combien de temps encore ?

Dans le quartier historique de Rattanakosin, à Bangkok, un métier artisanal résiste encore à l’industrialisation. Celui de fabricant de bols à aumônes destinés aux moines.A quelques encablures du quai Tha Pan Fah qui donne sur le fleuve Chao Praya, il est encore possible de voir des artisans affairés à réaliser ces objets sacrés.

Le rituel des cohortes de moines dans leur robe couleur safran qui collectent au petit matin les aumônes en les plaçant dans leur bol (le « baat » en thaïlandais) fait partie de la vie quotidienne en Thaïlande. Et également des souvenirs que conservent de nombreux touristes de leur visite dans le royaume.

Mais peu savent que la plupart des bols que les moines utilisent pour recueillir les offrandes des croyants sont désormais fabriqués en usine. Faits avec de l’aluminium voire du plastique, ils sont d’ailleurs souvent fabriqués en Chine et ne coûtent pas plus d’une centaine de bahts. Une « industrialisation » inévitable depuis que dans les années 1970, le département des affaires bouddhistes du royaume a autorisé les moines à acheter des bols fabriqués en série.

En plein Bangkok, le dernier des 3 « villages des bols » de Rama Ier
Mais certains de ces bols sont encore réalisés en acier et à la main, comme le veut la tradition, dans les petites ruelles de Baan Bat, le « village des bols« . Il s’agit du dernier des trois villages établis à Bangkok par le roi Rama Ier pour la fabrication de bols à aumônes. Les deux autres ont disparu, mais la tradition ancestrale dans les pays bouddhistes de la fabrication à la main de ces objets en acier perdure encore à Bangkok. Il ne reste plus que 5 familles aujourd’hui, soit un total de 35 personnes, qui vivent directement de la fabrication et de la vente de ces bols. Il y en avait encore une dizaine il y a 20 ans.

Retrouvez cet article sur le Petit Journal Bangkok