Accusation de viol à Koh Tao: la police thaïlandaise classe l’affaire

Koh TaoLa police thaïlandaise a conclu mardi que les preuves étaient insuffisantes pour étayer les accusations de viol prononcées par une jeune Britannique à son retour de vacances en juin sur l’ile de Koh Tao

Une équipe de la police thaïlandaise a voyagé jusqu’en Angleterre pour rencontrer une jeune Britannique qui prétendait avoir été violée sur l’ile de Koh Tao en juin dernier.

L’adolescente de 19 ans avait racontée aux medias britanniques, une fois retournée chez elle début juillet, qu’elle avait été droguée et violée lors de ses vacances sur l’ile.

Son récit a rapidement été réfuté par la police de Koh Tao, mais les autorités thaïlandaises ont tout de même envoyé au Royaume Uni un officier supérieur de police, une femme policière et un interprète pour rencontrer et interviewer la jeune fille, et récupérer un T-shirt dont cette dernière prétendait qu’il portait l’ADN de son agresseur présumé.

Le Lieutenant-Colonel Piyapong Boonkaew a indiqué à la presse thaïlandaise que la jeune fille n’a pas su confirmer le lieu de l’agression présumée en visionnant des photos, ni identifier le moindre suspect, ni même donner des détails sur l’attaque. Quant à l’analyse du T-shirt qui leur a été remis par la police britannique, elle n’a révélé aucune trace de sperme contrairement à ce que la jeune fille avait pourtant indiqué.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok