Croissance en hausse pour la Thaïlande

CroissanceLe Produit Intérieur Brut (PIB) de la Thaïlande a connu une croissance de 3,2% en 2016.

Ce résultat constitue un léger mieux par rapport à l’année précédente, mais il se situe sous l’objectif de la junte alors que les généraux au pouvoir peinent à relancer ce qui fut un temps l’une des économies les plus dynamiques de la région.

Les chiffres diffusés lundi par le Conseil national du développement économique et social de Thaïlande (NESDB) montrent que le PIB s’est développé de 3,2% l’an dernier, affichant une hausse par rapport aux 2,9% de croissance en 2015. Mais la junte avait annoncé un objectif de 3,7% pour 2016.

Après deux décennies d’une croissance impressionnante qui a vu l’explosion de la classe moyenne, les élans financiers du royaume se sont essoufflés ces dernières années.

L’instabilité politique -avec notamment deux coups d’Etats en dix ans- ajoutée à un endettement des ménages élevé et une compétitivité des exportations en baisse, ont assommé l’entreprise Thaïlande.

Si la croissance ne repart pas, les militaires, qui ont pris le pouvoir en 2014 en promettant de faire redémarrer l’économie, risquent de perdre le soutien d’une partie de la classe moyenne et des milieux d’affaires.

Le chef de la junte, Prayuth Chan-O-Cha, affirme que la Thaïlande sera un pays développé d’ici à 2036. Près de trois ans après son putsch, les résultats sont mitigés.

Le dernier trimestre 2016 affiche le taux le plus faible de l’année avec 3.0%. La période coïncide avec le décès le 13 octobre du très vénéré roi Bhumibol Adulyadej après 70 ans de règne.

La disparition de Rama IX a plongé le royaume dans une longue période de deuil national toujours d’actualité, doublé de l’incertitude liée à l’ère qui s’ouvre sous le règne de son successeur, son fils Maha Vajiralongkorn.

« Les dépenses [des consommateurs] a été atone sur les deux premiers mois du 4e trimestre après le décès du roi, mais elles ont rebondi en décembre, » a indiqué aux journalistes le secrétaire général du NESDB, Porametee Vimolsiri.

Continuez la lecture sur le Petit Journal Bangkok