Des pistes mais pas d’annonce pour la 30ème session plénière de l’AFE

AFEJean-Baptiste Lemoyne a clôturé sans annonces concrètes la 30ème session plénière de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE). Ses membres étaient réunis toute la semaine à Paris pour avancer sur les principales thématiques de l’expatriation.

Vendredi 15 mars aux alentours de 12h30, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères a conclu une semaine de discussions autour des grands thèmes liés à l’expatriation, en laissant un goût d’inachevé à la 30ème session plénière de l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE).
Alors que les élus attendaient des annonces concrètes sur le thème brûlant de l’enseignement français à l’étranger à la suite des rapports rendus par les députés Anne Genetet et Samantha Cazebonne, le sujet a finalement été renvoyé à plus tard. « Nous comprenons l’impatience. Mais le sujet est trop important et nous souhaitons prendre notre temps. Nous sommes ambitieux, et nous ne voulons pas d’une stratégie au rabais« , détaille Jean-Baptiste Lemoyne, qui avoue travailler avec Jean-Yves Le Drian pour obtenir « les meilleurs arbitrages possible« . L’exécutif voudrait doubler, d’ici 2030, le nombre de places dans les établissement français à l’étranger. Emmanuel Macron devrait s’emparer du sujet et faire des annonces au début de l’été. Si l’on en croit la rumeur, le Président de la République pourrait même prendre la parole un peu plus tôt « en mars-avril » en profitant d’un de ses déplacements à l’étranger.
La 30ème session plénière de l’AFE était aussi tributaire de l’actualité. Notamment avec le bilan de la première phase du Grand Débat National, organisé aux quatre coins du monde. Au 14 mars, plus de 300 réunions avaient eu lieu dans 78 pays différents. Au terme de cette consultation, un Français sur trois établi à l’étranger s’est déclaré intéressé par le Grand Débat National. « Ce que l’on peut remarquer, c’est que même à l’étranger, les Français sont attachés à l’activité du pays« , analyse Jean-Baptiste Lemoyne.
Second volet de l’actualité, les élections européennes du 26 mai prochain (le 25 mai sur le continent américain et dans les Caraïbes). Les Français de l’étranger ont jusqu’au 31 mars pour s’inscrire sur une liste électorale consulaire s’ils souhaitent voter à l’étranger, ou sur une liste électorale municipale en cas de vote en France ou par procuration. Depuis le 1er janvier 2019, il n’est plus possible d’être inscrit sur les deux listes. Pour les élections européennes de 2014, la participation des Français établi hors de France était très basse (11,04 %).

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok