Enfants piégés dans une grotte: surenchère de moyens face aux éléments

grotteDes militaires américains et des plongeurs spéléo britanniques ont rejoint les recherches dans le nord de la Thaïlande tandis que les autorités envisagent de nouvelles mesures pour tenter de sauver les 12 adolescents et leur entraîneur pris au piège dans une grotte inondée depuis samedi.

À l’entrée boueuse de la grotte, les parents des disparus continuent de veiller, s’accrochant à l’espoir de plus en plus mince de retrouver leur progéniture saine et sauve tandis que des religieux se succèdent pour prier. Néanmoins, des situations similaires survenues par le passé permettent de garder espoir

Alors que plus d’un millier de personnes, plongeurs de l’armée, policiers, soldats, gardes-frontières et autres fonctionnaires sont mobilisés 24 heures sur 24 autour de la grotte de Tham Luang, dans la province de Chiang Rai, les pluies incessantes entravent les recherches.

Pour renforcer les opérations de secours, des plongeurs spéléo britanniques et des militaires américains spécialistes de la plongée et du sauvetage en mer collaborent depuis leur arrivée mercredi soir avec les équipes sur place dans la région de Chiang Rai pour atteindre l’équipe de football emprisonnés dans la grotte de Tham Luang depuis samedi.

Les plongeurs britanniques, qui avaient dû rebrousser chemin une première fois à cause de la montée des eaux, ont tenté jeudi une nouvelle expédition à travers des puits naturels à la verticale de la grotte. Mais ils ont dû une nouvelle fois faire marche arrière.

« L’eau est comme du café latté, on ne voit rien, et le courant est fort », a expliqué à l’AFP Ben Reymenants, plongeur basé en Thaïlande qui participe aux recherches.  « Les plongeurs sont prêts à y aller dès que le niveau de l’eau aura baissé à un niveau acceptable », explique la marine thaïlandaise sur sa page Facebook.

Les 12 garçons âgés de 11 à 16 ans et leur entraîneur de 25 ans sont entrés dans la grotte de Tham Luang, située près de la frontière avec la Birmanie et le Laos, après leur entraînement de football samedi. Mais les pluies de mousson ont bloqué l’entrée principale de ce réseau souterrain complexe et long d’une dizaine de kilomètres.

La grotte de Tham Luang est appréciée des spéléologues confirmés en raison de sa complexité, et elle est réputée pour être l’un des plus grands réseaux souterrains de la Thaïlande. À l’entrée de la grotte, un panneau prévient les visiteurs de ne pas y entrer durant la saison des pluies, entre juillet et novembre.

Chiens renifleurs et drones en soutien

En parallèle, des gardes-frontières et des policiers accompagnés de chiens renifleurs parcouraient la montagne, à la recherche de possibles puits naturels conduisant à la verticale de la grotte. Les familles ont apporté des vêtements des enfants pour aider les chiens à éventuellement repérer leur trace.

Les premières journées de recherche n’ont pas permis de découvrir la moindre trace du groupe à l’intérieur de la cavité. Les autorités pensent qu’ils pourraient avoir trouvé refuge un peu plus loin dans la grotte afin d’échapper à la montée des eaux.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok