Haro sur la street-food, quand les chantres de la thaïté crachent dans la soupe

street-foodIl est bientôt fini le temps où l’on achetait une ou deux brochettes de porc grillé à un vendeur planté au beau milieu d’une rue bondée de Bangkok. 

Les étals de street-food vont être bannis des principales rues de la capitale thaïlandaise dans le cadre d’une grande opération de nettoyage, a annoncé mardi un responsable de la municipalité, provoquant tollé et angoisse dans une capitale où la nourriture est sacrée et où cette street-food devenue célèbre pour être l’une des meilleure au monde présente aussi l’avantage de nourrir bien et pas cher des classes moyennes et populaires.

Pendant des mois les fonctionnaires de Bangkok ont cerné en force les vendeurs à la sauvette de toutes sortes à travers la métropole du vendeur de nouilles.

Avec leurs étals ambulants qui proposent aussi bien de la soupe de nouilles au beau milieu de la nuit, des fruits, des stands d’insectes frits ou encore des sex toys, ces milliers de vendeurs représentent pour beaucoup le charme de la grise mégalopole d’Asie du Sud-Est.

Ils donnent un aspect provincial à cette tentaculaire agglomération de plus de 12 millions d’habitants.

Mais les élites de Bangkok et la municipalité comptent suivre le modèle de Singapour qui, dans les années 80, a nettoyé ses rues des stands ambulants.

« Tous les types d’étals, y compris les vêtements, les produits contrefaçons et les stands d’alimentation, seront interdits dans les principaux axes de la ville« , a déclaré Wanlop Suwandee, conseiller en chef du gouverneur de Bangkok.

« Ils ne seront pas autorisés pour des raisons d’ordre et d’hygiène« , a t-il ajouté.

Les fonctionnaires insistent sur le fait que les vendeurs ambulants de la ville bloquent les trottoirs pour les piétons leur laissant peu d’espace et qu’ils jettent les déchets dans les rues.

Mais les petits stands de nourriture de rue sont très populaires auprès des touristes et de beaucoup d’habitants de Bangkok qui cuisinent rarement. Et cela représente une option bon marché : un bol de nouilles au poulet ne coûte que 35 bahts (moins de un euro), tout comme une brochette de porc grillé avec un peu de riz.

Continuez votre lecture sur le Petit Journal Bangkok