Koh Mak, un petit havre chargé d’histoire et de simplicité tout près de Bangkok

Koh MakPour quiconque cherche la tranquillité dans un petit coin de paradis à quelques encablures de Bangkok, Koh Mak est l’endroit idéal. Cette île située à environ quatre heures de la capitale thaïlandaise est un petit havre de paix dont l’histoire a été marquée par la colonisation française et qui vit aujourd’hui entre arboriculture et tourisme

Ao Kao est l’une des plus belles plages de Koh Mak, ici avec en face Koh Rayang Nok (Photo LPJ Bangkok.com)

Riche d’une histoire marquée par la résistance thaïlandaise à la colonisation française entre 1893 et 1904, Koh Mak est un charmant petit endroit pour passer un week-end, des vacances, ou même un long séjour, tranquille sous les palmiers.
Cette île de 16 kilomètres carrés située dans le Golfe de Thaïlande, près du Cambodge, est la troisième plus grande île de la région après les fameuses Koh Chang, au nord-ouest, et Koh Kood, au sud-est. Pour s’y rendre, il faut compter une traversée de 40 minutes en bateau depuis Trat.

Entre activités ancestrales et boum touristique

Koh Mak est une île à 95% privée appartenant depuis plusieurs générations à 5 familles parmi lesquelles trois sont des descendants de chinois. L’île compte quatre cents habitants repartis sur une dizaine de villages. Mais elle est entourée d’un archipel de petites autres îles rassemblant en tout près d’un millier d’âmes. Depuis le début de l’installation des premiers habitants, Koh Mak vit de la culture de l’hévéa et de cocotiers, ainsi que de la pèche.

Le développement touristique y est beaucoup plus récent, même si Koh Mak a vu son premier bungalow en 1974 sur sa partie orientale. Les resorts et restaurants ont commencé à fleurir au début des années 90, mais l’île connaît un fort développement depuis trois ans. Une bonne trentaine de resorts sont actuellement ouverts, et de nombreux autres sont en construction ici et là.

La topographie relativement plane de Koh Mak et ses routes pour la plupart goudronnées, permettent de parcourir facilement l’île à vélo ou à moto. Ainsi, il est possible de traverser des plantations de cocotiers et d’hévéas, déboucher sur une plage déserte ou encore découvrir une crique isolée dissimulant un frêle village de pêcheurs blotti entre les arbres et les rochers.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok