La junte défend un projet de loi très controversé sur la cybersécurité

cybersécuritéLa junte militaire au pouvoir en Thaïlande a défendu mercredi un vaste projet de loi en matière de cybersécurité, qualifié de liberticide par des ONG et qui pourrait être adopté avant les élections attendues début 2019.

Le texte vise à mettre en place un organisme gouvernemental doté de très larges pouvoirs. Ce comité sera habilité à surveiller, sans autorisation judiciaire préalable, le trafic internet, à contraindre particuliers ou entreprises privées à fournir des informations, à ordonner la suppression de contenus voire à saisir des disques durs en cas de « suspicion raisonnable » ou d' »urgence ».

Il sera présidé par le chef de la junte militaire au pouvoir, le Premier ministre Prayut Chan-o-Cha. Le numéro deux du gouvernement, le ministre de la Défense Prawit Wongsuwan, en fera aussi partie.

« Chaque pays a besoin de mettre en place un système juridique capable de le protéger (…) Chaque secteur économique présente un risque en cas de cyberattaque », a déclaré Pichet Durongkaveroj, ministre de l’Économie numérique lors d’un forum à Bangkok, invitant ONG, universitaires et entreprises étrangères à faire part de leurs préoccupations afin de veiller à ce que la loi soit « équilibrée ».

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok