Le monopole du géant thaïlandais du duty-free remis en question

duty-freeKing Power, le géant thaïlandais du duty-free fondé par le milliardaire défunt Vichai Srivaddhanaprabha, voit sa situation de quasi-monopole dans les aéroports du pays mise sur la sellette. Ses rivaux ont réclamé jeudi une fragmentation dans le prochain appel d’offre à venir.

L’avenir de la société, qui possède également le club de football anglais de Premier League, Leicester City, des hôtels et l’immobilier, a été remis en question par le decès de Vichai l’an dernier dans un accident d’hélicoptère sur le stade de son club bien-aimé.

La tragédie n’a pas empêché ses rivaux de s’attaquer au monopole de King Power sur les concessions duty-free en Thaïlande, lesquelles génèrent un montant estimé à 1,9 milliard de dollars par an, selon le Thailand Development Research Institute.

« Nous voulons qu’il y ait plusieurs acteurs dans le système… Un monopole ou un acteur unique peut facilement conduire à la corruption », a déclaré Worawoot Ounjai, président de la Thai Retailers Association, un groupe de lobbying.

Worawoot Ounjai est également un cadre supérieur du groupe Central, empire des centre commerciaux en Thaïlande, qui convoite la concession de l’aéroport comme son concurrent le groupe The Mall et le géant sud-coréen du duty-free Lotte.

« (King Power) ne sera pas très affecté – ils ont déjà beaucoup profité de ce qu’ils ont », a-t-il ajouté.

La concession duty-free de l’aéroport Suvarnabhumi, principal aéroport d’un pays qui devrait attirer plus de 40 millions de touristes cette année, arrivera à expiration en septembre 2020 et devrait faire l’objet d’un appel d’offre à la fin de cette année.

La société publique Aéroports de Thaïlande (AoT), qui avaient octroyé à King Power la seule concession accordée en 2006, a annoncé mercredi que les opportunités commerciales de Suvarnabhumi seraient scindées en trois: duty-free, commerce de détail et nourriture, et points de collecte duty-free.

Les contrats seront proposés « en s’attachant à être ouverts et prévoir une libre concurrence », a déclaré AoT dans un communiqué, sans pour autant préciser si une seule et même entreprise aurait la possibilité ou non de détenir les trois contrats.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok