Le salon « S’expatrier, mode d’emploi » fête ses 10 ans avec succès

expatrierLa 10e édition du salon « S’expatrier, mode d’emploi » s’est tenue à Paris le 3 avril. Etudiants, actifs et retraités se sont spécialement déplacés pour ce rendez-vous unique pour préparer leur expatriation. Au programme : des conférences thématiques mais aussi des entretiens individuels.

Dès 10 heures du matin, devant le portail de la Maison Internationale de la Cité Universitaire de Paris, les candidats à l’expatriation se pressent. A l’intérieur de l’imposant bâtiment, de longues files d’attente se dessinent dans les couloirs.

Des dizaines de personnes attendent calmement les prochaines conférences, d’autres patientent devant des stands pour bénéficier de conseils personnalisés. A l’occasion de la 10e édition du salon « S’expatrier, mode d’emploi », une quinzaine d’organismes tels que l’Assurance retraite ou le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères sont présents. Il s’agit du seul événement qui réunit les acteurs institutionnels majeurs de l’expatriation et de la mobilité internationale.

Fiscalité, protection sociale, travail… Aucun sujet n’est mis de côté. Les visiteurs, ravis de pouvoir rencontrer de nombreux interlocuteurs, vont de stands en stands et tentent de participer à toutes les conférences. « Le salon ne désemplit pas. Pour la conférence « Vivre sa retraite à l’étranger », on comptait entre 150 et 200 personnes.  La salle était comble ! », explique Virginie Barret, responsable de département à la Caisse nationale d’assurance vieillesse.

A la recherche d’informations pratiques, les candidats à l’expatriation sont aussi très friands du partage d’expériences comme le constate Corinne Levet, présidente de la FIAFE (Fédération internationale des accueils français et francophones d’expatriés). « Ils sont soulagés de savoir qu’ils peuvent avoir un point de contact dans le pays où ils vont se rendre. Parmi toutes les personnes qui sont venues nous voir aujourd’hui, aucune ne rejoint sa famille à l’étranger, elles partent seules », précise-t-elle. Elle constate cependant qu’ « elles ont des projets bien plus avancés que les années précédentes. Elles sont mieux préparées et savent déjà où elles vont partir ».

Si le salon lui paraît aussi bondé que l’année précédente (2.200 personnes en 2018), la présidente du FIAFE a l’impression que les retraités sont moins présents, « peut-être parce que les conférences ne portent pas sur le Portugal ou le Maroc ».

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok