Les logos d’Apple et Facebook aux funérailles du roi Bhumibol choquent

funeraillesDes sculpteurs qui avaient peint les logos des géants des nouvelles technologies sur des statues en hommage au roi Bhumibol Adulyadej, créant une véritable polémique dans le pays, ont dû les effacer et présenter des excuses publiques.

La mort du roi Bhumibol Adulyadej, après 70 ans de règne, en octobre 2016, avait plongé le pays dans l’inconnu. Des millions de Thaïlandais s’étaient habillés en noir pendant des semaines pour pleurer leur monarque. En début d’année, le gouvernement lançait la construction d’un gigantesque édifice pour rendre hommage à Bhumibol Adulyadej en vue d’une crémation royale prévue fin octobre 2017.

Mais un drôle de contretemps est venu perturber l’avancement du projet.

Les logos d’Apple, Facebook et Google ont dû être retirés d’une statue en cours de réalisation pour les funérailles du roi, après une levée de boucliers dans le royaume contre cette initiative jugée irrévérencieuse. Des dizaines d’artisans travaillent sans relâchent à la création de statues destinées à la cérémonie de crémation du roi Bhumibol Adulyadej, un an après son décès, comme le veut la tradition royale.

Or, certains sculpteurs ont dessiné les logos des géants des nouvelles technologies, notamment la fameuse pomme d’Apple, sur les ailes d’une statue de Garuda, personnage de la mythologie hindoue, en hommage selon l’un d’eux, Pitak Chalerlao, à la dimension de « penseur » du roi défunt.

« Je dois m’excuser, j’ai fait cela pour montrer que je suis fier de Sa Majesté, comme tout le monde« , s’est confondu en excuses Pitak mercredi dans un post sur Facebook où il a publié des photos de la statue aux logos effacés.

Organisée sur la grande place de Sanam Luang, en plein centre historique de Bangkok, la crémation royale impliquera des milliers de personnes et une myriade de statues d’animaux, de dieux et de créatures mythiques spécialement conçues pour l’occasion.

Si aucun budget n’a été dévoilé publiquement, les autorités ont prévu de dépenser des millions d’euros pour l’occasion. Le défunt roi était la figure tutélaire du royaume, rassurante pour de nombreux Thaïlandais, qui vivent dans l’idée qu’il était le « père de la nation« .

Retrouvez cet articles sur le Petit Journal Bangkok