Le moine en cavale est passé entre les mailles de l’exceptionnel filet policier

moineLe moine de 72 ans, recherché pour une fraude importante, a probablement échappé au siège de son temple qui a duré trois semaines, ont admis des policiers thaïlandais samedi, il aurait déjoué une série de pièges commandés par la junte.

Le 16 février la junte thaïlandaise a fait appel à un décret d’exception lui donnant tout pouvoir pour sceller 4 kilomètres carrés de terrain autour du temple Dhammakaya, à la périphérie de Bangkok.

Des milliers de policiers ont assiégés le temple dans le but d’arrêter le moine Phra Dhammachayo âgé de 72 ans, que les autorités pensent caché à l’intérieur du temple.

L’ancien abbé, qui a fondé le mouvement bouddhiste Dhammakaya en 1970 et a mené cet ordre jusqu’à la richesse, est accusé de blanchiment d’argent et d’avoir accepté des fonds détournés d’un montant de 31 millions d’euros de la part d’un patron d’une banque coopérative aujourd’hui en prison.

Les disciples du moine clament son innocence et prétendent ne rien savoir de l’endroit où peut se trouver Phra Dhammachayo. Ils accusent la junte de chasse aux sorcières contre une institution bouddhiste populaire et légitime.

La disparition du moine a fasciné les Thaïlandais, faisant émerger des questions de religion et de politique et mettant dans l’embarras une junte thaïlandaise qui a du mal à sauver la face devant un tel défi à son autorité.

Samedi les policiers ont déclaré que le moine Phra Dhammachayo pourrait avoir quitté le temple tôt dans les premiers jours du siège qui a duré plusieurs semaines.

Je pense qu’il s’est échappé entre le 16 et 18 février” indique Paisit Wongmuang, directeur général du département des enquêtes spéciales (DSI), l’équivalent thaïlandais de FBI. « Nous avons découvert que le mur du temple a été détruit,… il est possible que quelqu’un l’ait aidé à s’échapper ».

Le siège du temple a pris fin dans la journée de vendredi mais les policiers maintiennent une présence dans la zone qui reste sous contrôle des pouvoirs spéciaux.

Continuez votre lecture sur le Petit Journal Bangkok