Pêche: la Thailande défend son bilan vis-à-vis du trafic d’être humain

PêcheLa police thaïlandaise a rejeté mercredi les critiques sa façon de lutter contre le trafic d’êtres humains dans le très lucratif secteur de la pêche

Accusées sur l’inefficacité de ses reformes pour contrôler les innombrables abus sur sa main d’oeuvre, la police thaïlandaise a défendu mercredi son programme de lutte contre le trafic d’êtres humains. 

La Thaïlande est le quatrième pays exportateur de fruits de mer, fournissant les principaux à travers l’Europe, les Etats-Unis et le Japon.

Cependant, les groupes de défense des droits de l’Homme affirment que cette industrie lucrative est en réalité un foyer de mauvais traitements, avec notamment des flottes entières de bateaux accusées de pêche illégale et d’utiliser des travailleurs clandestins issus de pays voisins tels que la Birmanie et le Cambodge.

La junte thaïlandaise, qui a pris le pouvoir en 2014, avait lancé une campagne de nettoyage après que l’Union Européenne (UE) avait menacé d’interdire les produits de la mer thaïlandais en 2015 si les agissements illégaux persistaient.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok