Plusieurs mandats d’arrêt émis contre des flics maquereaux

policeAu moins quatre officiers de police thaïlandais ont été impliqués dans l’affaire de trafic d’adolescentes, ont fait savoir lundi les enquêteurs, dans le tout dernier scandale qui éclabousse une institution déjà très mal vue.

Les premières révélations concernant ce réseau qui procurait des adolescentes comme esclaves sexuels ont émergé la semaine dernière lorsque la mère de l’une des victimes a déclaré que sa fille avait été prostituée l’an dernier pour des personnalités influentes de la province de Mae Hong Son.

Lundi, les enquêteurs ont confirmé que quatre mandats d’arrêts avaient été émis pour quatre policiers ayant le grade de sergent et au-dessus.

« Un tribunal a émis aujourd’hui trois mandats d’arrêt contre trois policiers pour avoir violé des femmes, » a déclaré le chef adjoint de la police nationale Srivara Ransibrahmanakul.

Un mandat a également été émis à l’encontre d’un quatrième gradé et deux femmes ont été appréhendées.

Au moins huit autres personnes –dont trois officiers supérieurs de police- font l’objet d’une enquête et sont suspectés d’avoir pris part à la constitution du réseau, a-t-il ajouté.

L’avocat de la fille de la dame qui a dénoncé le réseau la semaine dernière a déclaré à l’AFP qu’elle essayait depuis des mois de demander une enquête de police sans grand succès, jusqu’à ce qu’elle rende l’affaire publique.

La mère travaille comme informatrice pour la police et a découvert par ses contacts que sa fille était prostituée.

Elle a contacté sa fille via un groupe sur le réseau social Line destiné à proposer les filles, en se faisant passer pour un client.

Retrouvez cet article dans le Petit Journal Bangkok