Quelques conseils pour passer un bon Songkran

SongkranLes Thaïlandais sont très heureux et fiers de voir que Songkran attire de nombreux étrangers venus des quatre coins du monde. Mais dans ce grand moment de défoulement populaire qu’est le Festival de l’eau, les Thaïlandais suivent malgré tout un certain nombre de règles, tout à fait naturelles pour eux et qui le sont souvent moins pour les étrangers. Pour éviter de gâcher la fête par des comportements inappropriés, voici quelques conseils simples

La façon de verser ou de lancer l’eau se fait sans force excessive ni agressivité. On est là pour se faire plaisir et communiquer sa joie à chaque interaction tout au long de la journée, pas pour se faire du mal (moralement ou physiquement). La plupart des Thaïlandais connaissent naturellement ces règles de savoir-vivre, qui s’inscrivent notamment dans la culture du « Kreng Jai » (le soucis de ne pas causer de gène à autrui), ce qui n’est bien entendu pas toujours le cas du visiteur. Mais il lui suffira de les observer un peu pour apprendre et comprendre – mieux vaut bien évidemment observer les adultes que les enfants…

Si voulez jouer les Rambo en faisant des cartons avec les plus puissants fusils à eau à haute pression, attention de ne pas tirer à bout portant ni dans la figure, les accidents sont malheureusement fréquents avec ce genre de joujoux.

Attention aussi à ce qui se trouve derrière vos cibles – ou derrière vous. Il peut par exemple y avoir des vendeurs de rue qui cuisinent dans des woks pleins d’huile bouillante: la moindre goutte d’eau dans le récipient peut entrainer une violente réaction et produire des accidents, sinon une grande gène. Les Thaïlandais connaissent leur rue et font généralement attention à ce genre de détails qui peuvent facilement échapper à l’œil étranger – ce dernier est d’autant peu habitué que dans beaucoup de pays, il n’est pas concevable d’avoir de l’huile bouillante posée sur un trépied dans la rue, encore moins avec des centaines de joyeux drilles s’arrosant à foison ; mais cela se passe comme cela ici et sans (trop de) problèmes.

Continuez cet article sur le Petit Journal Bangkok