St Valentin – L’amour à distance un 14 février

St ValentinChaque année c’est la même rengaine avec la St-Valentin. Il y a ceux qui trépignent d’impatience à l’idée de célébrer l’amour dans les bras de leur moitié…

Et puis il y a les autres. Ceux qui ont plutôt tendance à fredonner la chanson d’Anaïs : « Ça dégouline d’amour… C’est beau mais c’est insupportable ».

Vous n’y échapperez sans doute pas. Le 14 février, les amoureux du monde entier sont rois. Quand on est en couple c’est formidable, et quand on est célibataire, il faut serrer les dents. Nous avons choisi de nous intéresser à une troisième catégorie : ceux qui forment des couples mixtes et célèbrent la Saint Valentin autrement, et parfois à distance.

Nous sommes donc partis à la rencontre d’Élodie et de Magali, qui, toutes les deux, ont expérimenté l’amour à distance. La première avec un Américain, originaire de Seattle, et la seconde avec un Coréen vivant à Séoul, qu’elle a rejoint au bout d’un an.

En Corée, une orgie de chocolat !

La Saint Valentin en Corée, « c’est un peu différent de la France, nous explique Magali. Ce sont les femmes qui offrent des chocolats aux hommes, mais pas qu’à leur amoureux : à tous les hommes qu’elles apprécient (patron, amis, collègues…). Mais ces derniers auront des chocolats de supermarché alors que leur copain aura de vrais chocolats, beaucoup plus fancy… Le couple est vraiment un élément important en Corée, et la St Valentin est un des grands moments de l’année. Mais c’est vrai qu’il y a aussi beaucoup d’autres jours en rapport avec l’amour… »

Le White Day par exemple a lieu le 14 mars : « Ce jour là, ce sont les hommes qui offrent des chocolats (blancs du coup…) aux femmes. Le 14 avril c’est le « Black Day ». Ce jour là, les célibataires vont manger des pâtes dont la sauce est noire et leur rappelle la noirceur de leur existence. Et Pepero c’est la marque locale de Mikado. Comme les mikados sont des bâtons, et que les chiffres « 1 » du 11/11, rappelle la forme des bâtons aussi, on achète des Peperos pour son copain ou sa copine… »

Retrouvez cet article sur le Petit Journal Bangkok