Quand les temples s’en remettent aux ressorts du consumérisme

temples D’immenses statues de superhéros en métal au côté de sages bouddhas: une vision surprenante qu’offrent aujourd’hui certains temples bouddhistes en Thaïlande qui se tournent vers la modernité pour sortir du lot.

C’est le cas par exemple du temple Wat Ta Kien, à une heure de Bangkok, où des statues monumentales des Transformers ont été ajoutées. On y voit aussi un dieu, Garuda, tenant un téléphone portable à la main.

« Le temple a acheté cinq statues de Transformers et les a installées devant le temple pour que les enfants puissent jouer et les adultes prendre des photos« , explique à l’AFP Pra Vichien, un des responsables religieux de l’édifice.

Il assure que ce mélange des genres n’est pas un problème, les statues de Transformers ayant juste une vocation récréationnelle.

D’autres temples suivent son exemple dans un pays où les temples se font concurrence pour attirer le plus de touristes et de donations.

Mais certaines voix en Thaïlande s’élèvent contre une conception souvent mercantile du bouddhisme, au contact de la société de consommation, par des moines plus soucieux de susciter les donations que de méditer.

Les statues de Transformers sortent de l’atelier d’un artiste thaïlandais, Pairoj Thanomwong, qui connaît un certain succès également à l’étranger, notamment en Europe, avec ses statues de métal monumentales.

continuez votre lecture sur lepetitjournal.com/bangkok