UE et ONU notent du mieux dans le secteur thaïlandais de la pêche

pêcheLes problèmes abyssaux du point de vue des conditions de travail que connait l’industrie thaïlandaise de la pèche connaissent un début d’amélioration, selon une étude onusienne qui met en avant quelques notes d’espoirs dans un secteur très profitable réputé pour ses cas de maltraitance.

La Thailande est le quatrième exportateur mondial de produits de la mer, mais son statut de grand fournisseur planétaire a été durement terni par des témoignages faisant état de travail forcé et de trafic d’êtres humains concernant la main d’œuvre essentiellement immigrée qui travaille sur les bateaux du royaume.

En 2015, l’Union Européenne avait menacé d’interdire les produits de la mer thaïlandais en raison de violations des droits du travail et de pêche illégale galopante, poussant la junte au pouvoir à se démener pour redorer au plus vite l’image de cette industrie lucrative.

Un nouveau rapport de l’Union Européenne et du Bureau International du Travail (BIT) des Nations Unies, publié mercredi, affirme que des progrès ont été réalisés dans certains domaines tout en avertissant que des abus des droits du travail persistent.

« Beaucoup a été fait, mais davantage reste à faire, » a déclaré Luisa Ragher, chargée d’affaires a la délégation de l’UE en Thailande, lors de la présentation des résultats à Bangkok.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok