11 personnes emprisonnées pour le viol en réunion d’une jeune fille de 14 ans de Phang Nga

viol en réunionLe Tribunal Provincial de Phang Nga a prononcé des peines d’emprisonnement pour les 11 hommes impliqués dans le viol en réunion d’une jeune fille de 14 ans en 2016 à Baan Koh Raet dans le district de Takua Thung.

Sept accusés ont été condamnés à des peines de prison à vie, deux à 15 ans de prison, un à 45 ans de prison, et les autres à des peines de 20 ans et quatre mois. Le tribunal les a jugé coupables de viol en réunion sur la jeune fille.

Le tribunal a jugé que les accusations portées contre les accusés étaient étayées par des preuves solides, dont un examen médical de la jeune fille qui a confirmé le viol et les déclarations d’une équipe de psychiatres de l’hôpital de Takuapa indiquant que la jeune fille souffrait de dépression et d’un traumatisme psychologique.

Les agresseurs ont filmé le viol et utilisé la vidéo pour la faire chanter et accepter d’autres relations sexuelles forcées, a déclaré la mère de la jeune fille.

Chaque homme doit verser la somme de B6 millions à la victime en guise de dommages et intérêts.

Cependant, le tribunal n’a pas jugé ces hommes coupables d’avoir forcé le jeune fille à consommer des drogues. Sanphet Thipmonthian, un avocat de la défense, a indiqué qu’il ferait appel de cette décision.

L’affaire avait fait la une quand la mère de la jeune fille avait porté plainte auprès de la police locale en Septembre dernier, demandant la réouverture de l’affaire après avoir découvert qu’au moins 40 personnes pouvaient être impliquées dans ce viol.

La mère de la jeune fille a révélé que les viols ont commencé en Mai 2016, quand sa fille avait 14 ans.

Elle a raconté qu’elle était obligée de laisser sa fille seule avec son jeune frère quand elle sortait la nuit.

Elle a commencé à remarquer un comportement inhabituel chez sa fille, qui lui a alors avoué avoir été violée à plusieurs reprises.

Les villageois de Baan Koh Raet se sont inquiétés de la couverture médiatique de l’affaire, et beaucoup n’arrivaient pas à croire en la culpabilité des suspects.

La police a indiqué avoir demandé pas moins de 17 mandats d’arrêt, mais le tribunal a rejeté leur demande et demandé à la police de rassembler plus d’informations pour étayer les accusations.

Dans le cadre d’une autre affaire, la Division de Suppression du Crime (CSD) a arrêté hier Ayutthaya Somkid Sawasit, 31 ans, suspecté de tentative de meurtre, et découvert qu’il était également recherché dans l’affaire du viol en 2009 d’une jeune fille de 14 ans à Phichit. L’enquête est toujours en cours.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr