A Phuket, plongées macabres dans les entrailles du navire naufragé

plongées macabresDes mères tenant encore leur bébé dans leurs bras, leurs corps flottant entre deux eaux dans la coque devenue tombe : les plongeurs sont confrontés à des scènes « traumatisantes » dans la recherche des disparus du naufrage d’un navire en Thaïlande au large de Phuket.

Deux jours après l’un des pires naufrages dans l’histoire récente de la Thaïlande, le bilan s’élève à au moins 42 morts, tous des touristes chinois, et 14 disparus, selon les autorités de la région de Phuket, station balnéaire du sud-ouest du pays prisée des touristes occidentaux et chinois.

Les corps sont retrouvés, flottant et portant toujours des gilets de sauvetage, à plusieurs kilomètres de la zone où a coulé le Phoenix en affrontant des vagues de cinq mètres après avoir ignoré un avis de tempête en cette saison de mousson où la mer d’Andaman est tumultueuse.

Si 48 passagers et membres d’équipage ont pu sauter à la mer ou monter à bord de radeaux de sauvetage avant que le Phoenix soit avalé par l’océan, de nombreux autres sont restés coincés dans les entrailles du navire, à 47 mètres de fond.

« C’est difficile, c’est traumatisant comme on peut l’imaginer quand on trouve des corps dans l’épave, des enfants, dans les bras de leur mère », confie Philippe Entremont, un Français gestionnaire d’une boutique de plongée à Phuket qui aide à coordonner les recherches sous-marines.

« Mais maintenant, le mieux que l’on puisse faire est de trouver les corps et de les ramener à leur famille », estime-t-il.

Des corps dans la coque

Vendredi, des plongeurs ont rapporté avoir vu « au moins dix corps » dans la coque du Phoenix.

Des dizaines de plongeurs, dont des volontaires et des amateurs, participent aux recherches dans ces eaux réputées pour leurs récifs coralliens. De nombreux plongeurs professionnels thaïlandais ont été dépêchés dans le nord du pays pour participer à l’opération de sauvetage de 12 enfants et de leur entraîneur de foot bloqués dans une grotte inondée depuis deux semaines.

Continuez votre lecture sur lepetitjournal/bangkok