Une bataille de ‘paperasse’ pour la propriété de l’éléphant

elephantLes deux parties réclamant la propriété d’une femelle éléphant d’un camp d’excursion de Phuket ont jusqu’à vendredi pour présenter à la police les originaux de leurs documents d’enregistrement de leur éléphant avec l’espoir de déterminer qui possède légalement le pachyderme, qui aurait été volé il y a 14 ans à Krabi.

Tourisme, Animaux, Crime, Police,

La date butoir a été repoussée lors de la rencontre de vendredi dernier à l’Amazing Bukit Safari Camp de Chalong, ou est gardé l’éléphant de la discorde.

Etaient présents à cette rencontre les deux frères Wan et Somsak Reangngern – tous deux réclamant que l’éléphant, qu’ils appellent “Yo”, appartient à leur frère M.  Chorp. Les assistant dans leur démarche, le commodore Surasak Inphrom de base de la marine royale thaïe de Tab Lamu, à Phang Nga, était également présent.

Les officiels présents étaient Nanthasak Boonnark, chef du centre de médiation du Provincial Hall de Phuket, ainsi que des officiers de la police de Chalong et du bureau des cheptels de Phuket.

La demande faite aux frères Reangngern et au propriétaire de l’Amazing Bukit Safari Camp, qui lui appelle l’éléphant “Nampetch”, de présenter des copies officielles d’originaux des documents d’enregistrement de leur éléphant est l’initiative de Raewat Chernkaew, 54 ans, de la province de Trang, au sud de Phuket, qui s’est présenté en personne à la police pour indiquer qu’il avait vendu l’éléphant au camp de Chalong en Février pour la somme d’1.4 millions de baths.

M. Raewat a signalé avoir acheté ‘cet éléphant’ à un homme appelé M. Norkam pour 500,000 baths de plus il y a dix ans, en précisant qu’il ne se souvenait pas du nom de famille de M. Norkam. Toutefois, il se rappelle que M. Norkam venait de Tak. M. Raewat n’a pas donné de nom précis à l’éléphant en en parlant.

“Je n’ai plus été en contact avec M. Norkam depuis” a dit M. Raewat.

Par ailleurs, il a ajouté “je n’ai pas apporté les documents (d’enregistrement) avec moi. Je dois retourner chez moi pour les récupérer”.

Continuez votre lecture sur Phuket.fr