Des chauffeurs de taxi agressent l’agent de sécurité d’un hôtel

chauffeurs de taxiTrois chauffeurs de taxi ont reçu un avertissement officiel et ont été inculpé après avoir agressé l’agent de sécurité d’un hôtel qui les empêchait de se garer devant la réception pour aller chercher leurs clients.

Les militaires du 25eme régiment d’infanterie de l’armée royale thaïe, basé a Phuket, sont intervenus en soutien de la police dans un resort luxueux de Mai Khao.

Le colonel Santi Sakuntanark, commandant du 25eme régiment d’infanterie, a décliné l’identité des trois chauffeurs, Seksak Chanpakdee, Sathiti Srisamut et Lersak Chupak.

Le bureau des transports de Phuket (PLTO) a été informé et pourra inscrire ces faits dans leurs dossiers, signale le colonel Santi a The Phuket News.

Sur la première des trois vidéos de l’incident, que The Phuket News a pu se procurer, ont entend une femme essayer de calmer les chauffeurs et demander en thaï, “On peut en discuter?”

Un des chauffeurs répond “Il y a rien a discuter la. P*****. C’est trop tard maintenant”

Sur la seconde vidéo, un membre du personnel de l’hôtel intervient pour empêcher les chauffeurs de continuer a frapper l’agent de sécurité, et un chauffeur dit “J’ai pas peur de toi” Un autre frappe l’agent de sécurité en pleine face.

Le colonel Santi a indiqué a The Phuket News “Je me suis rendu dans le resort avec d’autres officiers de la police de Thachatchai et avec le chef du bureau des transports de Phuket [Banyat Kantha].

“Nous avons identifié les chauffeurs, Seksak Chanpakdee, Sathiti Srisamut et Lersak Chupak, ils n’étaient pas content que le garde les aient empêché d’entrer dans le resort pour prendre leurs clients.

“Ils étaient en colère et ils ont poussé le garde” ajoute t il.

Mais la vidéo montre qu’ils ont été plus violent que ca.

“La police de Thachatchai les a inculpés, et le chef du PLTO Banyat Kantha leur a donné un avertissement officiel quant a ce comportement qui ne doit plus jamais se reproduire, ou leur permis pourraient leur être annulés.

“Nous consultons les antécédents de ces trois chauffeurs pour voir s’ils n’ont pas commis d’autres crimes” ajoute le colonel Santi.

Retrouvez cet article sur Phuket.fr